Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > Roms et gens du voyage > Christian Estrosi veut « mater » les gens du voyage

Christian Estrosi veut « mater » les gens du voyage

dimanche 21 juillet 2013

Pour le site Memorial 98, Christian Estrosi, député UMP des Alpes-Maritimes et maire de Nice, symbolise les dirigeants de la droite dure du Midi qui recyclent massivement les thèmes de l’extrême droite.

Ses déclarations récentes où il affirme sa volonté de sélectionner les personnes autorisées à vivre sur le territoire de sa commune en constituent une bonne illustration : « Je souhaite que chacun sache que ceux qui ne respectent pas les lois de la République, que les Roms, les squatteurs et les étrangers en situation irrégulière ne sont pas les bienvenus sur le territoire de la ville de Nice et je prendrai toutes les mesures pour ne pas relâcher la pression. » [1].

Christian Estrosi faisait allusion à son conflit avec les gens du voyage. Mais la réalité n’est pas celle qu’il décrit : les tensions qui se manifestent à propos des gens du voyage ont pour origine le fait que les communes des Alpes-Maritimes – comme la plupart de celles du Var – ne respectent pas la loi Besson du 5 juillet 2000 qui prévoit la mise en place d’aires pour les accueillir. Et ce ne sont pas ses appels du pied aux électeurs du Front national qui parviendront à occulter cette réalité. [2]

Invité du "Grand Rendez-vous" Europe 1-i>Télé-Le Parisien-Aujourd’hui en France le 7 juillet 2013, Christian Estrosi s’est livré à une attaque en règle contre les gens du voyage et les Roms – faisant l’amalgame entre les deux – et il a terminé par des considérations sur l’Islam.


Résultat : une plainte a été déposée par le Forum Européen des Roms et gens du voyage (FERV), organisation de défense des Roms au niveau européen, qui s’indigne de la violente campagne orchestrée par Christian Estrosi. Le FERV a écrit en ce sens au Procureur de Nice pour dénoncer les propos du maire de Nice :

Plainte du Président du FERV concernant Christian Estrosi [3]

Strasbourg, le 16 Juillet 2013


Madame, Monsieur le Procureur de la République,

Je, soussigné Monsieur Rudko Kawczynski, Président du Forum européen des Roms et des Gens du voyage,
Ai l’honneur de porter plainte entre vos mains contre :

Monsieur Christian Estrosi, député UMP des Alpes–Maritimes et maire de Nice, en raison des faits suivants  :

Invité du « Grand Rendez-Vous Europe 1/i-TELE/Le Parisien » du dimanche 7 juillet, Monsieur Estrosi a tenu des propos xénophobes contre les gens du voyage suite à des occupations illégales de terrains communaux par leurs caravanes. Il a dénoncé des comportements de « délinquants » et a appelé les maires de France à « la révolte » en proposant de leur fournir son « mode d’emploi » pour « [les] mater ».

"J’en ai maté d’autres, je vous materai !"
"La première chose que je fais, c’est de vous mettre caméras partout, pour surveiller vos faits et gestes dans les quelques heures qui viennent. On va noter ceux qui rentrent, sortent, à quelle minute, à quel moment et ce que vous allez faire partout, dans la ville, dans la métropole, etc."
"Je vais relever les plaques d’immatriculations les unes après les autres", a poursuivi le maire de Nice. "Je fais un référé devant le tribunal à titre conservatoire pour pouvoir saisir les véhicules, vous savez, ces belles et grosses voitures avec lesquels ils tirent leurs belles et grosses caravanes pour lesquelles il faudrait parfois aux Français toute une vie pour pouvoir se payer les mêmes."

Ces allégations constituent une diffamation publique et une provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale au sens de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 (articles 29, 23 et 24 de ladite loi).

De tels propos xénophobes et discriminatoires vont clairement à l’encontre des valeurs républicaines de la France ainsi que des principes directeurs de l’action contre le racisme engagée par la Garde des Sceaux (voir la lettre de Madame Taubira, en annexe).

En vous priant de donner à cette affaire la suite légale qui convient,

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le Procureur de la République, l’expression de ma considération distinguée.

Rudko Kawczynski


L’accueil des gens du voyage dans les Alpes Maritimes

Il y a un fait sur lequel Christian Estrosi ne s’attarde pas : le département des Alpes-Maritimes ne possède aucune aire de grand passage permettant de recevoir les voyageurs [4].

La lecture d’un compte-rendu de la réunion du 11 juillet 2008 de la commission consultative des gens du voyage de ce département est particulièrement édifiante à cet égard [5]. Le schéma départemental approuvé en 2002 avait en effet fixé un programme de 1310 places concernant 26 communes. Lors de la séance du 11 juillet 2008, le Préfet avait constaté que les maires étaient en “totale déperdition” : «  Entre les aires de Nice et d’Antibes, nous arrivons à peu près à 100 places en tout … ». Et le Préfet poursuivait en déclarant que la force publique n’interviendrait pas si la situation ne s’améliorait pas : « Vous gérerez les problèmes vous-mêmes. »

Aucune réalisation n’a suivi cette réunion ; en particulier aucune aire de grand passage agréée n’a été ouverte alors que, notamment durant l’été, de nombreux groupes transitent dans le département et stationnent dans des conditions conduisant à des conflits parfois violents avec la population et les maires.

Dans son rapport sur L’accueil et l’accompagnement des gens du voyage d’octobre 2012 [6], la Cour des comptes évalue le taux de réalisation du schéma des gens du voyage à 8 % pour le département des Alpes-Maritimes...

La méthode Estrosi

En démagogue, émule de Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi cherche à inverser les responsabilités, en martelant des contre-vérités.

La loi Besson, promulguée en 2000, avait pour but de créer un équilibre entre droit et devoir de chaque partie : en contrepartie de l’obligation de création d’aires, les moyens de lutte contre les stationnements illicites sont renforcés pour les communes ayant mis en place des structures d’accueil pour gens du voyage. Un deal simple pour les maires : mettez-vous en règle, et dans le cas « d’invasion » de vos terrains, la préfecture et la justice seront de votre côté.

Les Alpes-Maritimes ne sont pas en règle avec la loi Besson... Qu’à cela ne tienne, Christian Estrosi, quelques jours après les déclarations de Jean-Marie Le Pen sur les Roms, désigne les gens du voyage et les Roms à la vindicte populaire et appelle les maires à appliquer un arsenal répressif afin de « mater » les « populations non sédentaires » qui « occupent illégalement le domaine public ».

Il annonce la publication et l’envoi aux 3.500 maires ayant une police municipale et à 300 autres qui le lui auraient demandé d’un « Guide pratique à l’attention des maires de France afin de prévenir les occupations illégales du domaine public par des populations non sédentaires ».

Quelques documents


Pour réagir : Resf06 et la LDH des Alpes-Maritimes appellent à une mobilisation pour un cercle de silence exceptionnel :

mardi 23 juillet 2013,
de 18h30 à 19h, place Masséna à Nice

Contact pour cette action : Teresa Maffeis 06 03 51 28 32


[2Voir également les déclarations de Philippe Vitel et de Jacques Politi.

[4Il existe deux types d’aires permettant de recevoir des gens du voyage : les aires d’accueil proprement dites pouvant recevoir jusqu’à une cinquantaine de caravanes, et les “aires de grand passage” qui peuvent en accueillir quelques centaines. Ces dernières sont surtout utilisées entre le printemps et l’été, lorsque les voyageurs se regroupent pour sillonner la France dans le cadre de "missions" évangéliques affiliées à l’Eglise protestante.