Guadeloupe : la politique du mépris


article communiqué de la LDH  de la rubrique histoire et colonies > poussières d’Empire
date de publication : vendredi 20 février 2009


La Ligue des droits de l’Homme dénonce le comportement irresponsable des plus hautes autorités de l’État et les appelle à témoigner vis-à-vis des populations d’outre-mer, comme naguère vis-à-vis des populations des quartiers populaires, du respect et de l’égale considération qui sont dues à tous les citoyens de la République.

Lire également « légitimité démocratique et légitimité républicaine », par Jacky Dahomay, professeur de philosophie en Guadeloupe.


Communiqué de la LDH

Guadeloupe : la politique du mépris

Depuis cinq semaines, un mouvement social puissant, responsable et déterminé mobilise la grande majorité de la population de la Guadeloupe. Ce mouvement social est porteur de revendications dont nul ne peut contester la légitimité : des conditions de vie de plus en plus insupportables pour le plus grand nombre résultent du maintien de privilèges et de comportements prédateurs connus et tolérés de longue date par les autorités.

A ce mouvement, le pouvoir a longtemps fait la sourde oreille, avant de pratiquer un jeu d’aller et retour qui a grandement contribué au pourrissement de la situation. Le silence total gardé pendant plus d’un mois sur la situation en Guadeloupe par un président de la République qui n’est pourtant avare ni de discours ni de promesses sur tant d’autres sujets en dit long sur le désintérêt, voire le mépris dans lequel sont tenus nos concitoyens d’outre-mer : nul ne peut imaginer, un instant, pareil comportement à l’égard d’une crise similaire frappant une région métropolitaine.

L’aggravation brutale de la répression du mouvement social guadeloupéen, à partir du lundi 16 février, est à l’origine d’un durcissement qui a, hélas, abouti à la mort violente d’un militant syndical deux jours plus tard. La responsabilité des autorités politiques nationales, présidentielle comme gouvernementales, dans cet engrenage dramatique ne peut être masquée par les concessions tardives, floues et partielles enfin consenties le jeudi 19 février, alors que parallèlement l’escalade des renforts alimentant la répression se poursuit de jour en jour, au risque de provoquer une nouvelle radicalisation.

Le mépris du dialogue social, les insultes racistes et les violences en réponse à l’exercice légitime du droit de manifester, relèvent de la réactivation de logiques détestables d’humiliation qui ne sauraient être tolérées dans un État démocratique digne de ce nom. Il est de la responsabilité élémentaire du pouvoir d’y faire mettre un terme au plus vite.

La Ligue des droits de l’Homme, pleinement solidaire de sa section de Guadeloupe, dénonce le comportement irresponsable des plus hautes autorités de l’État et les appelle à témoigner vis-à-vis des populations d’outre-mer, comme naguère vis-à-vis des populations des quartiers populaires, du respect et de l’égale considération qui sont dues à tous les citoyens de la République.

Paris, le 20 février 2009

Communiqué de presse de la section Guadeloupe de la LDH

Qu’au cours de ces quatre dernières semaines, une majorité de la population de la Guadeloupe ait apporté son entier soutien au Collectif LKP qui anime ce mouvement de grèves donne la mesure de son ancrage populaire et de la légitimité de ses revendications.

Démontrant la discipline et le sérieux de ses responsables syndicalistes, les manifestations se sont déroulées sans heurt, jusqu’à ce lundi 16 février, qui a vu l’interpellation d’un responsable du LKP militant syndicaliste, par ailleurs professeur de philosophie, qui, pris à partie par les forces de l’ordre, a fait l’objet d’insultes racistes, et, molesté, a dû être hospitalisé.

Intervenant dans un contexte où les plaies d’un passé fait d’humiliations ne sont pas toutes cicatrisées, ce grave incident allait susciter d’immédiates et inévitables réactions.

La mort, ce mercredi 18 février, d’un syndicaliste tué par balles est la conséquence de ces tensions.

L’Etat, dont les services ont été, des décennies durant, les courroies de transmission des intérêts des seuls privilégiés, à leur écoute attentive, alors qu’il demeure sourd aux attentes des défavorisés, porte une lourde responsabilité dans la dégradation de la situation actuelle de ces îles.

La section Guadeloupe de la Ligue des droits de l’Homme dénonce avec véhémence ces carences des autorités, et appelle au respect de la règle de droit, essentielle pour assurer une indispensable égalité dans cette île, qui ne l’a guère connue.

Pointe-à-Pitre, le 18 février 2009


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP