Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > l’accès aux archives > les fusillés de la grande guerre > Marseille, 6 novembre 2014 : fusillés pour l’exemple et réfractaires

Marseille, 6 novembre 2014 : fusillés pour l’exemple et réfractaires

mardi 21 octobre 2014, par nf

La section de Marseille-centre de la Ligue des droits de l’Homme [1], organise le prochain « Jeudi des Droits de l’Homme », jeudi 6 novembre 2014 à partir de 18 h, à la Maison de la Région (61 La Canebière), sur le thème :

Fusillés pour l’exemple et Réfractaires

Mardi 11 novembre à 14h30 : rendez-vous devant le monument aux morts pacifiste de Mazaugues (Var).

Des fusillés pour l’exemple de la guerre de 14-18
aux refuzniks israéliens en passant par les réfractaires français aux
guerres d’Indochine ou d’Algérie, hommage à
ceux tués par un état-major qui se défaussait sur des
boucs émissaires ou emprisonnés pour avoir
refusé de participer à une guerre coloniale au
nom de l’éthique.

(photo de Yoav Lemmer / AFP),

Déroulé de la soirée :

  • 18h : projection du film « Adieu la vie, Adieu l’amour »
  • 19h : témoignage de Marie-Thérèse Testud, petite-fille de Pierre Mestre, fusillé pour abandon de poste le 8 février 1915, qui se bat avec la LDH pour sa réhabilitation ;
  • 19h30 : extrait d’un entretien-vidéo de Gilles Manceron, historien de la LDH
  • 20h : intervention des responsables locaux de la fédération nationale de la libre pensée (FNLP) :
    positions et actions sur la réhabilitation des fusillés pour l’exemple et pour le pacifisme ;
  • 20h30 : évocation des réfractaires des guerres coloniales françaises d’Indochine et d’Algérie ;
    intervention de Jacques Pradel, président de l’ANPNPA (Association nationale des pieds-noirs progressistes et leurs amis) puis de
    Tony Orengo, réfractaire en Algérie – voir cette page.
  • Vers 22h, après les échanges avec la salle et la présentation des
    initiatives à venir (dont la prochaine cérémonie à Mazaugues),
    nous terminerons la soirée autour du verre de l’amitié.
... pour l’exemple

Le monument aux morts pacifiste de Mazaugues (Var)

En novembre 1935, Charles Fabre, maire de Mazaugues, et son conseil municipal décidèrent d’aménager ce square. En juin 1936, à l’époque du Front populaire, la municipalité de Mazaugues décidait de donner au square le nom de Jean Jaurès et d’apposer, sur le socle de la statue, des plaques de marbre avec les inscriptions suivantes [2] :

« A bas toutes les guerres !
Vive la République universelle des travailleurs ! »

(déclaration du Conseil municipal élu en 1935)


« L’union des travailleurs fera la paix du monde. »
(Anatole France)


« L’humanité est maudite, si, pour faire preuve de courage, elle est condamnée à tuer éternellement. »
(Jean Jaurès)


Depuis 1998 la Fédération de la Libre Pensée du Var organise le 11 novembre un rassemblement à Mazaugues, devant ce monument. La section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme s’associe à cette manifestation.


Compléments :


[1Entrée libre — ldh13marseillecentre@gmail.com
Facebook : https://www.facebook.com/LDHmarseil....

[2Référence : Danielle et Pierre Roy, Autour de monuments aux morts pacifistes en France, FNLM 1999.