Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > Israël/Palestine > Israël > Netanyahou réécrit l’histoire

Netanyahou réécrit l’histoire

dimanche 25 octobre 2015

Dans un discours prononcé mardi 20 octobre 2015 devant le Congrès sioniste à Jérusalem, Benjamin Netanyahou a fait référence à une rencontre en novembre 1941 en Allemagne entre Adolf Hitler et le grand mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini, haut dirigeant musulman dans la Palestine alors sous mandat britannique.

Selon Netanyahou, «  Hitler ne voulait pas à l’époque exterminer les juifs mais les expulser ». Ainsi Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et lui aurait dit : « Si vous les expulsez, ils viendront tous ici » en Palestine. Toujours selon Netanyahou, Hitler aurait alors demandé « Que dois-je faire d’eux ? », question à laquelle le mufti aurait répondu : « Brûlez-les ! ».

Cette réécriture de l’histoire par Benjamin Netanyahou, qui fait du mufti de Jérusalem l’initiateur de la Shoah, est récusée par la quasi-totalité des historiens de cette période.

Communiqué d’Une Autre Voix Juive

le 23 octobre 2015

Hitler défendu et blanchi par Netanyahou !

Les déclarations de B Netanyahou devant le Congrès Juif Mondial mériteront peut-être un jour leur inscription au Panthéon des monstruosités imbéciles.

Lorsqu’un premier Ministre tient de semblables propos, c’est la preuve d’une impasse politique totale ; ce que profère ce personnage qui a du sang plein les mains n’a pas besoin de commentaires savants, c’est lui faire trop d’honneur.

Toute personne douée de bon sens ne peut qu’être effarée. Elle verra dans ces propos la démonstration sans appel du fait que l’interrogation angoissée énoncée publiquement par le Président d’Israël, membre du Likoud ,« Israël est-il en train de perdre son âme ? » a maintenant une réponse positive. Cela signifie que la politique israélienne d’oppression sans limite du peuple palestinien est condamnée et en Israël, l’onde de choc n’en est qu’à son début.

Tous les progressistes, tous les démocrates doivent en tirer la conclusion qui s’impose : le temps est venu de la pression maximale, en France pour la reconnaissance de l’État de Palestine, dans l’Union Européenne pour suspendre immédiatement l’Accord d’Association qui la lie à Israël. Telles sont les conditions pour que le peuple palestinien voie enfin ses droits fondamentaux reconnus et que Israël « retrouve son âme », si c’est encore possible.

Netanyahou critiqué pour des propos sur le rôle du mufti de Jérusalem dans la Shoah

L’Orient le Jour avec AFP, jeudi 22 octobre 2015


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est retrouvé mercredi accusé de déformer l’histoire après avoir déclaré que c’était le mufti de Jérusalem de l’époque qui avait donné l’idée à Hitler d’exterminer les juifs d’Europe.

Dans un discours prononcé mardi devant le Congrès sioniste à Jérusalem, M. Netanyahou a fait référence à une rencontre en novembre 1941 en Allemagne entre Adolf Hitler et le grand mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini, haut dirigeant musulman dans la Palestine alors sous mandat britannique.

"Hitler, à ce moment là, ne voulait pas exterminer les juifs mais les expulser. Alors Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et a dit : Si vous les expulsez, ils viendront tous ici", en Palestine, a dit M. Netanyahou. "Et qu’est-ce que je vais en faire ?, a demandé (Hitler). Il (le mufti) a dit : Brûlez-les", a déclaré M. Netanyahou.

Le Premier ministre évoquait ce personnage pour réfuter les accusations historiquement mensongères selon lui selon lesquelles les juifs ou Israël chercheraient à détruire ou s’accaparer l’esplanade des Mosquées et la mosquée Al-Aqsa qui s’y trouve à Jérusalem. Cette question est centrale dans l’enchaînement actuel des violences entre Palestiniens et Israéliens. Les propos de M. Netanyahou suscitaient de vigoureuses réactions mercredi.

"Même le fils d’un historien doit être précis lorsqu’il s’agit d’histoire", a écrit sur sa page Facebook le chef de l’opposition travailliste Isaac Herzog, faisant allusion au père de M. Netanyahou, Benzion Netanyahou, spécialiste de l’histoire juive, décédé en 2012. M. Herzog a qualifié les mots de M. Netanyaho

u de "déformation historique dangereuse (...) minimisant la Shoah, les nazis, et la part qu’Adolf Hitler a prise dans la terrible tragédie qu’a subie notre peuple pendant la Shoah". Il lui a demandé de corriger "immédiatement" ses paroles.

Le négociateur palestinien Saeb Erakat a déploré que le "chef du gouvernement israélien haïsse son voisin (palestinien) au point d’être prêt à absoudre le premier criminel de guerre de l’histoire, Adolf Hitler, du meurtre de six millions de juifs pendant l’Holocauste".

L’historienne en chef du mémorial Yad Vashem pour la mémoire de la Shoah, à Jérusalem, a estimé que les propos de M. Netanyahou n’étaient pas "historiquement exacts". "Ce n’est pas le mufti, même s’il avait des positions antijuives très extrêmes, qui a donné à Hitler l’idée d’exterminer les juifs", a déclaré Dina Porat à l’AFP. "Cette idée est bien antérieure à leur rencontre de novembre 1941. Dans un discours au Reichstag le 30 janvier 1939, Hitler évoque déjà ’une extermination de la race juive’", a-t-elle dit.

Husseini, réfugié en Allemagne en 1941, avait demandé à Hitler son soutien pour l’indépendance de la Palestine et des pays arabes, et empêcher la création d’un foyer juif. L’Etat d’Israël a été proclamé en 1948.