Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > les étrangers > les migrants > Tourves et les migrants

Tourves et les migrants

mercredi 19 octobre 2016

Une réunion s’est tenue 18 octobre 2016 au centre culturel JB Menut de TOURVES (Var), à l’initiative du maire de Tourves, M. Jean-Michel CONSTANS, et des autorités en présence du sous-préfet de Brignoles, M. André CARAVA, du sous-préfet de Toulon, M. HANI et du lieutenant de Gendarmerie de Brignoles, M. Florent ANFAY, lieutenant et Commandant la Communauté de Brigades de Brignoles.

Ci-dessous le compte-rendu de cette "réunion" qu’une militante de la section LDH de Toulon nous a autorisés de reprendre.

Lorsque je suis arrivée à proximité du centre culturel, j’ai constaté le déploiement des forces de gendarmerie de Brignoles. J’ai vu deux cars et de nombreux gendarmes en noir, mitraillettes au poing.

Lorsque j’ai monté la ruelle menant au centre culturel, les gendarmes étaient déployés le long de la ruelle. Des barrières étaient placées. Avant l’entrée, un policier rmunicipal contrôlait nos sacs.

Comme nous ne pouvions tous entrer dans le centre culturel (plus de places libres), nous nous sommes installés sur les gradins et sur la placette devant le centre. Un haut-parleur avait été installé afin que nous puissions entendre les intervenants.

- M. Jean-Michel Constans maire de Tourves

Il rappelle qu’il était contre la venue des migrants sur sa commune (voir le 8 octobre).
Il condamne les excès qui ont eu lieu dans sa commune ces derniers temps : tags contre la venue des migrants dans Tourves notamment au cimetière, 2 poubelles brûlées et autres incivilités.

Il dit " On ne peut pas être à charge contre les futurs migrants qui n’ont rien fait pour l’instant. "Il dit qu’il était contre la venue des migrants, mais qu’il faut bien qu’ils soient accueillis quelque part comme l’exige la loi.

Que les migrants ont des droits et des devoirs, qu’ils devront se soumettre aux règles de la République, et respecter ces règles. Il demande que "l’ordre et la sécurité soit respectées".
Que ces migrants occuperont le CCAS EDF 5 mois, jusqu’au 31 mars 2017.
Qu’il laissera la parole à des Pour et des Contre. Il appelle au calme.

-  M. André Carava, sous-préfet de Brignoles

Le sous-préfet précise que des traités internationaux nous lient et nous obligent.
Que les migrants de Calais seront répartis par petits groupes et hébergés un temps donné, le temps de regarder leur situation, individuellement.
Que ce ne sera pas permanent.

-  M. Hani, sous-préfet à Toulon

Il explique ce qu’est l’installation d’un CAO, Centre d’Accueil et d’Orientation, pour 5 mois.
Qu’il abordera les questions de sécurité, du public accueilli, de santé, d’accompagnement, les coûts.

Que le CAO ets un dispositif transitoire pour les migrants qui migrent. Il explique que plus de 80 % des migrants de Calais sont demandeurs d’Asile en France, à présent ; que leur dossier sera traité par l’OFPRA et l’OFI qui décidera si le migrant aura le droit au statut de réfugié ou non. Si l’OFPRA décrète que le migrant ne peut obtenir le statut de Réfugiés, il sera rejeté.... Qu’il est nécessaire d’être en situation de "vulnérabilité" du fait de son pays en guerre, par exemple.

Il précise que en 2015, 229 filières de passeurs ont été démantelées. Que la situation est intolérable pour les migrants qui se font racketter et qui ont risqué leur vie au moins 7 fois, en fuyant la guerre etc....

Il précise que le CAO de Tourves aura un temps d’existence de 5 mois, jusqu’au 31 mars 2016.

-  M. Florent Anfray, lieutenant de la Gendarmerie de Brignoles

Il explique la composition de gendarmes mobiles : le peloton de Brignoles habillés en noir, deux pelotons venant de Roanne, et, si nécessaire, la gendarmerie de Saint-Maximin qui viendra en renfort. Qu’ils sont habilités à faire des contrôles avec l’autorisation du Procureur (ex : ouvrir les coffres des voitures) ; qu’ils viendront patrouiller.

Il dit que la population est actrice de sa propre sécurité, en composant le "17" vous pouvez nous appeler" .

- M. Hani reprend la parole]

Il explique que 164 CAO ont été ouverts en France pour accueillir 5600 migrants, que ceux-ci signent un règlement intérieur à leur arrivée dans ces centres, où sont écrites les règles de vie quotidienne, dans le centre et dans l’environnement du village où est installé le CAO. Qu’un gardiennage par une société privée est prévu sur le CAO de Tourves, qu’il n’y aura pas à Tourves de migrants avec un fichier "S" ; que leur identité sera vérifiée et leurs empreintes digitales seront établies avec le concours de la gendarmerie de Brignoles.

Qu’au niveau de la Santé les migrants arrivants auront une visite médicale le premier jour pour détecter s’ils sont porteurs de pathologies particulières selon le protocole de santé ARS.

- L’Association FORUM REFUGIES gèrera le CAO.. Cette association, issue, il y a une trentaine d’années, de la Direction d’Action Sociale, jeunesse et Sport (DASS) de la Cohésion Sociale.
compte 240 salariés et autant de bénévoles. Elle gère ces centres d’Hébergement.

Sur Tourves, il y aura 4 personnes dont un directeur qui s’occuperont :

  • de l’hôtellerie (respect du mobilier, apport de draps, repas).
  • de la vie sociale : respect des modes de vie.
  • de l’accompagnement Juridique et de la santé, plus soutien psychologique.

M. Hani remarque qu’"aucun migrant ne choisit de migrer de son plein gré"...(sifflements et quolibets de certains Tourvains, applaudissements des Tourvains de l’association "Accueil Migrants à Tourves" et de leurs soutiens venus du Var.)

Le FORUM Réfugiés organisera le déroulement des journées au CAO de Tourves

Qu’il y aura 90 personnes accueillies.
Qu’il y aura un gardiennage privé assuré pour la protection des migrants( quolibets de certains) et des Tourvain(e)s à l’entrée du CAO situé dans les locaux du CCAS d’EDF à Tourves.
Qu’ils s’occuperont du sport et de trouver des traducteurs et des cours d’alphabétisation pour les migrants.

Coût : 180 euros seront versés chaque mois à chaque migrant, ce soutien financier est assuré par l’ETAT, donc la préfecture de Toulon et les partenaires européens. Que le le centre communal d’action sociale de Tourves ne versera pas un centime !!!!!

M. Hani rappelle que 100 millions d’euros seront versés par l’Angleterre à la France pour le démantèlement de la jungle de Calais et que l’Union européenne mettait en place des compensations financières pour l’accueil des migrants sur leur territoire.
Il explique qu’un demandeur d’Asile n’a pas le droit de travailler durant sa demande d’Asile , jusqu’à l’obtention du statut de "réfugiés", que c’est pour cela qu’une aide de 4 à 6 euros par jours(180 euros par mois) lui est versé, pour éviter la mendicité.
Qu’il n’y a aucun bénéfice pour le CCAS, ce centre de vacances d’EDF, qui prête gracieusement ses locaux à Tourves.

Le Maire demande que soit mis en place un "comité de pilotage", avec les différentes associations participant au CAO de Tourves, une fois par semaine au début, puis une fois tous les 15 jours, puis que ce comité de pilotage pourra être ouvert à des représentants de la population de Tourves. La bonne méthode étant pour lui d’échanger et discuter.

Echanges avec la salle

  • Une dame de l’association "Accueil migrants de Tourves" souhaite la bienvenue aux migrants.
  • Un Tourvain demande comment cela se fait qu’un village de 500 personnes à Tourves (Note :Tourves compte près de habitants) accueille 90 migrants alors que la plupart en accueille 34 environ ?
    Réponse de M. Hani : qu’effectivement avant c’était 164 CAO pour 5600 migrants (ce qui fait environ 34 migrants par CAO, mais que du fait du Brexit et du-non accueil des migrants maintenant par l’Angleterre, l’Etat est dans l’obligation d’accueillir plus de migrants, mais quelquefois sur un temps plus court.
    Que la préfecture avait demandé l’accueil de 120 migrants venant de Calais (sifflement et quolibets dans la salle...) mais qu’après discussion avec le maire de Tourves, ils se sont arrêtés à 90 personnes. Qu’il y a actuellement 6500 migrants à Calais, qu’il y aura durant ces 5 mois, une rotation de migrants au CAO de Tourves selon le délai nécessaire pour l’obtention du statut de réfugiés. Que si il reste 30 à 40 personnes au 1er avril 2017 au CAO de Tourves, elles iront ailleurs....
  • J.P. A, citoyen de Tourves pose deux questions :
    • quel projet pour ces personnes migrantes une fois l’obtention de leur statut de réfugiés acquis.
    • quels sont les dispositifs mis en place pour recueillir les bonnes volontés d’aide au CAO.

Réponse de Forum réfugiés : 80 hommes d’un village sont venus prêter leur soutien aux migrants du CAO local
Qu’ensuite une fois obtenu le statut de Réfugiés, les migrants feront valoir leurs diplômes et qualification pour trouver du travail en France...
(Cris dans la salle..."ils viennent voler le travail des Français."...)
M. Hani rappelle que les migrants ne viennent pas par choix, mais qu’ ils fuient et qu’une fois le statut de réfugiés obtenus ils ont le droit de trouver du travail et de payer des impôts comme chaque Français.

  • Un habitant de Tourves demande au Maire d’écrire par écrit à chaque tourvain, que le 31 mars 2017, le CAO de Tourves sera fermé. Le Maire répond qu’il mettra un mot dans le bulletin municipal d’octobre-novembre 2016 à ce sujet.
  • Un tourvain énonce les délits commis en France, en Allemagne par les migrants etc....et demande comment la population de Tourves sera sécurisée ?
    Réponse de la gendarmerie : par la Brigade de gendarmerie de Brignoles, par celle de Saint-Maximin et deux pelotons de Roanne, que l’école de Tourves sera sécurisée. Que la gendarmerie ne raisonne pas par le nombre de gendarme par habitant (1 gendarme pour 1000 habitants) mais par les patrouilles effectuées dans les lieux sensibles. Qu’il y aura plus de patrouille à Tourves durant ces 5 mois.
    Qu’il n’y aura pas de couvre-feu du CAO de Tourves : et pas de reproduction du camp des Milles d’Aix en Provence.
  • Le maire de Tourves reprend la parole au sujet des difficultés qu’il rencontre avec sa police municipale. La police municipale de Tourves est composé de 3 policiers municipaux et 2 SAVP dont un embauché dernièrement, mais que 2 policiers municipaux sont en arrêt maladie, et un SAVP est également en arrêt maladie et qu’il ne peut obtenir de CDD pour les remplacer. Qu’il fait ce qu’il peut, au mieux.
  • Un habitant qui se dit pompier de métier de Tourves crie que si les migrants du CAO s’attaquent à leurs femmes (viol ou agression), il ne répondrait pas de lui et ferait justice lui-même. Il crie. Il est soutenu par certains tourvains.

M. Hani ramène le calme dans la salle, sans rappeler à ce pompier la loi, qu’aucun citoyen français n’est habilité à se faire justice lui-même, que nous étions dans un état de droit avec une justice pour régler les différents s’il y en avait.

M. Hani rappelle que peu de migrants (qui ont déjà tout perdus) s’amusent à enfreindre les lois en France.

Après il y a eu 2 interventions mais j’en ai eu assez et je suis partie, à 21 heures, car je trouvais l’atmosphère de haine de certains Tourvains, pénible, déplorable, surtout certains qui disaient que ces migrants n’auraient pas du abandonner leurs femmes et leurs enfants, que ce n’était pas de vrais hommes...
M. Hani a répondu qu’énormément de femmes et d’enfants étaient morts pendant leur migration jusqu’à Calais en fuyant la guerre et les tueries, et que s’il y avait presque que des hommes à Calais (500 femmes pour 6500 migrants dans la jungle), c’est que les hommes les plus résistants, jeunes, avaient réussi à survivre et qu’il était nécessaire de les aider et de les accueillir.


J’ai fait ce que j’ai pu pour faire ce compte-rendu, en étant le plus fidèle (objective) au déroulement des interventions, mais j’ai un goût de vomi en faisant ce compte-rendu de l’attitude d’irrespect des droits humains les plus fondamentaux (Ddéclaration universelle des droits humains).

Toulon, le 19 octobre 2016

Caroline Gossez
membre du bureau de la LDH de Toulon