Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > les nostalgiques de la colonisation > L’OAS et ses nostalgiques > Vosges : la justice a autorisé une cérémonie à la gloire de l’OAS

Vosges : la justice a autorisé une cérémonie à la gloire de l’OAS

mercredi 15 juin 2011, par nf

De nombreuses personnes et associations sont intervenues pour demander l’interdiction de la manifestation organisée par l’Association de défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l’Algérie française (ADIMAD) à Darney (Vosges) le vendredi 10 juin 2011 autour de la tombe du colonel Antoine Argoud. Prenant prétexte du 7e anniversaire de son décès, ce rassemblement avait pour but de rendre gloire à l’Organisation armée secrète (OAS) dont il avait été un responsable. Pour solenniser l’événement, il était prévu qu’une plaque serait scellée sur la tombe du colonel factieux.

Dans une lettre commune, l’ANPROMEVO et Les amis de Max Marchand, de Mouloud Feraoun et de leurs Compagnons s’étaient adressées au maire de Darney dès le 26 mai dernier, en lui demandant notamment « d’empêcher le déroulement de la manifestation [...] et d’interdire l’adjonction, sur le monument funéraire dont il s’agit, de toute plaque dont le contenu tendrait à exalter le souvenir d’un dirigeant de l’OAS. ». L’Association des Anciens Appelés en Algérie Contre la Guerre (4ACG) avait incité ses adhérents à écrire dans le même sens au maire de Darney et à l’évêché de Saint-Dié.

Jeudi matin 9 juin, estimant que ce rassemblement constituait un trouble à l’ordre public, le préfet des Vosges avait pris un arrêté d’interdiction (voir ci-dessous). Mais, jeudi soir, le juge des référés du tribunal administratif de Nancy enjoignait le préfet d’autoriser la manifestation dans laquelle il ne voyait qu’une cérémonie à caractère privé, familial. Le préfet autorisait donc la manifestation et demandait au maire d’ouvrir le cimetière et d’assurer la sécurité de la cérémonie. Dans le courant de l’après-midi, l’évêché avait fait savoir par un communiqué qu’il n’y aurait pas de culte en l’église de Darney.

Ci-dessous quelques compléments – et notamment deux liens vers des enregistrements.

[Mis en ligne au cours de la matinée du 9 juin 2011, mis à jour le 15 juin]


Communiqué du diocèse de Saint-Dié

L’évêché de Saint-Dié ayant appris qu’une célébration devait se tenir en l’église de Darney vendredi 10 juin en hommage au colonel Argoud a demandé au prêtre officiant :

  • De célébrer une messe dite basse pendant laquelle est proposée une prière pour tous les défunts
  • De ne pas bénir la plaque commémorative
  • De ne pas être présent au cimetière

La prière de l’Eglise ne peut pas être refusée. Elle ne peut cependant être utilisée à des fins partisanes.

A la suite de ces conditions, les organisateurs ont fait part ce jeudi 9 juin qu’ils ne maintenaient pas l’organisation de la célébration religieuse. Il n’y aura donc pas de culte en l’église de Darney.

Epinal, le 9 juin 2011.

La tenue de cette manifestation a été fermement condamnée par Christian Poncelet, président du Conseil général des Vosges et ancien président du Sénat :

OAS : Réaction de Christian Poncelet et de Jackie Pierre [1]

Le 11 juin 2011

Le Sénateur et Président du Conseil Général des Vosges, Christian PONCELET, et le Sénateur et Vice Président du Conseil Général des Vosges, Jackie PIERRE, soutiennent l’arrêté du Préfet des Vosges interdisant toute manifestation publique sur la commune de Darney en ce 10 juin bien que ce dernier ait été annulé par le tribunal administratif de Nancy.

Cet arrêté avait été pris afin d’éviter tout trouble à l’ordre public en raison de l’organisation d’un rassemblement pour l’anniversaire de la mort d’un ancien dirigeant de l’O.A.S.

Christian PONCELET et Jackie PIERRE condamnent fermement la tenue d’une telle manifestation suscitant la division alors que l’heure est au rassemblement de tous les Français.

____________________________

Communiqué de presse de Michèle Grüner, Secrétaire Fédérale PCF Vosges et Conseillère Régionale de Lorraine

RASSEMBLEMENT COMMEMORATIF DE L’OAS A DARNEY

Le 10 juin 2011

[...] Les communistes, qui de tous temps combattirent le fascisme et luttèrent contre l’OAS (Organisation de l’Armée Secrète) depuis son avènement, s’opposent de manière résolue à la réhabilitation de tous ceux qui ont tenté d’empêcher le retour de la paix et la fin du colonialisme. De ceux qui ont attenté aux jours du Président de la République. Qui sont responsables des neuf morts de Charonne. Même au-delà de leur mort ces généraux félons ne méritent pas le moindre hommage.

Le gouvernement de Fillon encourage les dérives fascisantes laissant le terrain des réhabilitations à l’extrême droite de Marine Le Pen. Il n’est pas bon que resurgissent les Loups. Les Vosgiennes et les Vosgiens dont la majorité est républicaine, citoyenne et laïque, sauront réagir aux résurgences d’un autre temps.

Manifestation à Darney à la gloire de l’OAS [2]

La cérémonie a eu lieu... Venant d’un endroit resté secret où une messe avait été organisée, les partisans de l’OAS sont arrivés au cimetière en entonnant un chant en latin.

« Nous voulions rendre hommage à un des chefs, un patriote qui a résisté à la trahison gaulliste », a expliqué à l’AFP Jean-François Collin, président de
l’ADIMAD, association créé en 1967 avec l’accord du général Salan, chef de l’OAS, qui revendique 2 500 adhérents, dont 540 anciens détenus de l’OAS [3].

« J’aurais jamais imaginé qu’une cérémonie privée, devant une tombe privée, déclencherait un tel hourvari médiatique, mais il est évident que nous sommes guettés par des associations qui n’ont aucun rapport avec le combat de l’Algérie française », a déclaré Jean-François Collin.

Plaque que l’ADIMAD a l’intention de sceller sur la tombe du colonel Argoud à Darney (photo Vosges Matin)

Selon le président de l’Adimad, Jean-François Collin, c’est la première fois en France qu’une plaque funéraire porte explicitement la mention “OAS”.
La plaque a toutefois été retirée après la cérémonie « afin qu’elle ne soit pas cassée », mais elle devrait être scellée ultérieurement sur la tombe.

On notera la déclaration de Jean-Marie Argoud, fils d’Antoine Argoud, conseiller du corps des tribunaux administratifs, en poste au tribunal administratif de Marseille depuis avril 2008 : « L’Etat nous a permis et m’a même demandé expressément, officiellement, au préfet de prendre les mesures pour permettre que ces calomnies ne nous empêchent pas de rendre les honneurs dus à mon père ».

La cérémonie s’est terminée avec Le chant des Africains.

L’OAS à côté de la plaque

[Le Canard enchaîné du 15 juin 2011]


« Nous serons très nombreux  », avait promis au Canard un initiateur du rassemblement organisé le 10 juin à Darney (Vosges) en mémoire du colonel Antoine Argoud, l’un des chefs du mouvement terroriste OAS, mort en paix en 2004 (Le Canard du 8/6). En fait, ils n’étaient qu’une quarantaine de nostalgiques à avoir rallié la ligne bleue des Vosges pour célébrer le groupe factieux, responsable de la mort de nombreux Algériens et Français, et qui avait raté de peu Malraux ou de Gaulle.

La veille, la préfecture des Vosges avait frappé fort, interdisant le rassemblement OAS et toute manifestation qui s’y opposerait. Pour la première fois en France – et cela n’avait pas échappé au préfet Dominique Sorain –, des anciens de l’Algérie française avaient décidé de déposer une plaque « Au colonel Antoine Argoud, ses camarades de combat de l’Organisation armée secrète », nommant ainsi officiellement la bande clandestine. Mais, dans la soirée, coup de théâtre. L’association organisatrice, fondée en prison en 1965, saisit en référé le tribunal administratif, qui a estimé, à l’inverse, que célébrer cette clique ne constituait pas un trouble à l’ordre public. Sollicité par le Palmipède pour départager ces deux avis, le maire de Darney a prudemment choisi la paix civile : « Je suis jeune, je n’ai pas vraiment de connaissances sur cette époque. »

« Victoire ! » ont alors trompeté les séditieux. « Pyrrhus ! » a répondu l’écho (d’Alger ?). Ils devaient célébrer une messe solennelle en l’église de Darney ? L’évêché leur a refusé les clés. La plaque provocatrice aurait dû être posée ? Elle a juste été déposée le temps de la cérémonie, puis emportée par les conspirateurs. « C’est pour qu’elle ne soit pas cassée. Mais elle sera fixée dans quelques jours », ont-ils assuré à l’AFP.

Elle ne serait pas en plastic, par hasard ?

S. Ch.


_______________________

Annexe : L’arrêté préfectoral du 9 juin 2011

CABINET DU PREFET
PREFECTURE DES VOSGES

ARRÊTÉ n° 1653-2011

LE PREFET DES VOSGES

VU le Code Pénal,
VU le décret-loi du 23 octobre 1935 portant réglementation des mesures relatives au renforcement du maintien de l’ordre public,
VU la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 modifiée relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations,
VU le décret n° 2004-374 du 29 avril 2004 modifié relatif aux pouvoirs des préfets, à l’organisation et à l’action des services de l’Etat dans les régions et départements,
VU l’arrêté pris par le maire de Darney réglementant l’accès au cimetière de la commune le 10 juin 2011,

Considérant que, le 10 juin 2011, un rassemblement est prévu à l’initiative de l’ « Association amicale pour la défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l’Algérie française » (ADIMAD), aux abords et à l’intérieur du cimetière de Darney (Vosges) comportant la pose d’une plaque à la mémoire d’un ancien membre de l’Organisation Armée Secrète (OAS),

Considérant l’absence de déclaration de la part des organisateurs qui n’ont ainsi pas satisfait aux obligations du décret-loi susvisé,

Considérant les nombreuses interventions des associations et des mouvements et des particuliers hostiles à cette manifestation, adressées tant au maire de Darney qu’aux parlementaires du département et au préfet,

Considérant que doit être également assurée la possibilité à toutes les opinions de s’ exprimer publiquement dans le respect de la loi et que les mesures restreignant l’exercice d’une liberté publique doivent être limitées dans le temps et dans l’espace,

Considérant que la manifestation prévue, accompagnée d’un dépôt de gerbe et de la pose d’une plaque commémorative à la mémoire d’un membre de l’Organisation Armée Secrète (OAS) est de nature à générer un trouble à l’ordre public et n’est pas compatible avec la décence et la tranquillité d’un cimetière,

Considérant que, compte tenu des risques de contre-manifestations sur place, tout rassemblement, quels qu’en soient les organisateurs, aux abords ou à l’intérieur du cimetière de Darney présente un risque sérieux et grave de troubles à l’ordre public,

Considérant qu’un cimetière municipal est un lieu public qui ne saurait être le théâtre d’affrontements ou d’incidents et que la paix civile doit y être préservée par respect des défunts qui y reposent et de leurs familles,

Considérant l’impérieuse nécessité de préserver la tranquillité et la sécurité publique aux abords du cimetière de Darney le jour dudit rassemblement,

Vu l’urgence,

SUR proposition de M. le Sous-préfet, Directeur de Cabinet,

ARRETE :

  • ARTICLE 1er : Le rassemblement commémoratif organisé par l’association amicale pour la défense des intérêts moraux et matériels des anciens détenus et exilés politiques de l’Algérie Française (ADIMAD) le vendredi 10 juin 2011 sur le territoire de la commune de Darney est interdit de même que toute manifestation organisée en réaction à cette initiative.
  • ARTICLE 2 : Tout contrevenant à cette interdiction est passible des sanctions pénales prévues par l’article 431-9 du Code Pénal.
  • ARTICLE 3 : Le Secrétaire Général de la Préfecture des Vosges, le Colonel commandant le groupement de gendarmerie des Vosges sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté qui sera notifié au maire de Damey et publié au recueil des actes administratifs de la préfecture des Vosges.

EPINAL, le 9 juin 2011
Le Préfet


Voir en ligne : les méthodes d’Argoud : celles d’un assassin sans scrupules



Enregistrements disponibles

Dans la presse  :


[2C’est le titre de l’article de Patrick Perotto publié dans l’édition du 10 juin de l’Est Républicain

[3Référence : « Une plaque à la gloire d’un ex de l’OAS », le figaro.fr, le 10 juin 2011.