Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > après les empires coloniaux > Syrie - Irak > attaque chimique en Syrie : un crime contre l’humanité

communiqué du REMDH dont la LDH est membre

attaque chimique en Syrie : un crime contre l’humanité

vendredi 30 août 2013

Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) dénonce dans un communiqué l’utilisation aveugle d’armes de destruction massive contre des populations civiles : cela constitue un crime contre l’humanité dont les auteurs doivent être déférés devant la Cour pénale internationale.

Nous reprenons à la suite un entretien où Rony Brauman expose qu’il lui semble nécessaire d’envisager des frappes ciblées car en ayant recours à des armes chimiques Bachar el-Assad a “franchi un seuil qualitatif”.

Communiqué REMDH

Attaque chimique meurtrière à l’est de Damas : l’équipe de l’ONU doit pouvoir enquêter et l’aide humanitaire doit être autorisée !

Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) appelle le gouvernement syrien à permettre aux experts de l’ONU d’accéder aux faubourgs de Damas dans la région de Ghouta, à la suite de l’attaque chimique présumée de mercredi. Il exhorte également le gouvernement à ouvrir d’urgence des « couloirs » humanitaires, afin qu’une assistance médicale adéquate puisse être apportée aux civils.

« Cette attaque s’est produite alors que la mission d’enquête de l’ONU sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie, dirigée par M. Sellström, était à Damas. Nous appelons donc le gouvernement syrien à garantir l’accès de la mission à la région de Ghouta sans délai. La mission de l’ONU devrait être en mesure de collecter sans attendre toutes les preuves disponibles sur le terrain, dans le but de faire la lumière sur les circonstances exactes qui ont mené à cet événement dramatique, ou alors se retirer de Syrie », a déclaré le président du REMDH, Michel Tubiana.

Le REMDH a recueilli des informations auprès de militants syriens sur le terrain, selon lesquels des roquettes contenant des agents toxiques ont frappé les faubourgs de l’est de Damas (le Ghouta) contrôlés par l’opposition, dans les premières heures de la matinée du mercredi 21 août. Ces roquettes ont été lancées en même temps que des attaques aériennes et des tirs de chars qui ont notamment empêché les habitants de trouver refuge sur les hauteurs et sur les toits pour échapper aux effets du gaz. Des centaines de civils ont été tués lors de l’attaque, dont bon nombre de femmes et d’enfants, en raison des effets du gaz ou du pilonnage de la zone.

«  S’en prendre aveuglément à des civils au moyen d’armes de destruction massive est non seulement intolérable mais constitue un crime contre l’humanité. Les auteurs de ces actes doivent être déférés devant la Cour pénale internationale », a ajouté M. Tubiana.

Le REMDH a reçu d’autres éléments de preuve qui indiquent que le gouvernement syrien empêcherait toute aide humanitaire d’arriver auprès des civils. Des médecins et des civils ayant tenté d’accéder à la zone auraient été arrêtés aux barrages. Quelques jours avant l’attaque, des militants de la région avaient diffusé un appel urgent quant à l’aggravation marquée de la crise humanitaire dans les faubourgs de Ghouta, une zone assiégée par les forces de sécurité syrienne depuis plus d’un an. Le REMDH est profondément préoccupé par la situation des civils coupés de tout produit de première nécessité, ainsi que par celle des victimes de l’attaque auxquelles l’aide humanitaire ne peut toujours pas accéder.

« Nous exhortons les autorités syriennes à permettre aux travailleurs humanitaires de mettre en place des hôpitaux de campagne en mesure de prodiguer les soins médicaux nécessaires à Ghouta. Des couloirs humanitaires doivent immédiatement être ouverts à cette fin », a martelé le président du REMDH.

Copenhague, 23 août 2013


Rony Brauman : en Syrie, « on a franchi un seuil qualitatif »
avec l’attaque chimique

par Elodie Largenton, RFI, le 30 août 2013]


Les Occidentaux semblent hésiter à intervenir en Syrie, mais des frappes ciblées sont bien envisagées depuis plusieurs jours. Pourquoi intervenir ? Et pourquoi maintenant ? Entretien avec Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières (MSF) et professeur à Sciences Po, à Paris.

  • La Grande-Bretagne a dit non jeudi soir à une intervention en Syrie, quelle est votre réaction ?

Je le regrette parce que je pense qu’il est utile de préparer une intervention ciblée, très limitée, mais une intervention qui soit tout de même significative. Mais tout en le regrettant, je le comprends parfaitement car le Parlement, et l’opinion publique britanniques plus généralement, ont été abreuvés d’intoxications, de fausses nouvelles, de mensonges propagandistes pour justifier des départs en guerre, que ce soit au Kosovo, en Irak ou en Libye, avec des résultats, en tout cas pour ce qui concerne l’Irak et la Libye, qui sont déplorables, qui sont vraiment épouvantables.

  • Finalement, c’est toujours la même question qui se pose : pourquoi intervenir et à quel moment on a suffisamment d’informations pour décider d’intervenir ?

Absolument. Quelles sont les raisons et quels sont les objectifs ? C’est ça qu’il faut cerner. Les raisons, elles sont claires : c’est l’emploi massif d’armes chimiques, c’est-à-dire l’usage militaire d’armes qui sont destinées à semer la terreur voire l’épouvante.

  • Mais là, cela fait tout de même deux ans et demi que la terreur règne en Syrie. Plus de 100 000 personnes ont été tuées. Pourquoi cette attaque chimique change-t-elle la donne ?

En effet, c’est une question tout à fait légitime. Moi il me semble - et c’est le fond de ma position - qu’on a franchi un seuil qualitatif et que la question de savoir comment on meurt n’est pas tout à fait indifférente. Cette mort qui suit un effroi - l’arme chimique est indétectable, on ne la respire pas, on ne la sent pas, on ne la voit pas et d’un seul coup, elle peut atteindre des centaines de milliers de personnes avec des bombardements extrêmement limités et qui passent presque inaperçus dans l’ensemble des bombardements - elle revêt cette dimension de terreur totalement indiscriminée qui n’est pas destinée à gagner des positions militaires, mais à semer l’épouvante dans la population.

  • Donc, est-ce suffisant pour vous, pour l’humanitaire que vous êtes, d’appeler à intervenir militairement en Syrie ?

Je précise que je m’exprime à titre personnel et Médecins sans frontières n’est pas du tout engagé.

  • Mais vous êtes humanitaire, cela fait de très longues années que vous menez des combats humanitaires. Ne peut-on pas dire que c’est un peu contradictoire de soutenir une intervention militaire ?

Oui, en effet, on peut le dire, il y a quelque chose de contradictoire. D’ailleurs d’une manière générale je suis le premier à être méfiant vis-à-vis des vertus que l’on prête habituellement aux interventions armées. Je suis contre la "responsabilité de protéger", contre les interventions visant à abattre un régime pour lui en substituer un autre. Tout cela, pour moi, relève de l’impérialisme, de gendarmes du monde autoproclamés que je réprouve totalement.

  • Et en général il y a aussi des conséquences terribles, non seulement pour la population civile sur le moment, mais aussi, on l’a vu en Libye, cela a déstabilisé la région. Après, des armes ont circulé...

C’est une des raisons pour laquelle j’étais complètement opposé à l’intervention en Libye. De même que je suis opposé à une intervention visant à renverser le régime de Bachar el-Assad. Je soutien l’idée telle que, d’ailleurs, le président de la République française l’a soutenue aujourd’hui, d’une intervention extrêmement limitée visant des pistes aériennes, des stocks de munitions - certainement pas, d’ailleurs, des stocks de munitions chimiques et c’est un paradoxe, car on risquerait d’aggraver un problème que l’on veut au contraire contenir -, mais s’attaquer à des installations de matériels militaires de façon d’une part à marquer une riposte décidée, et d’autre part à installer également une sorte de jurisprudence politique internationale concernant la détention et a fortiori l’usage d’armes de ce type.

Il est plus que temps alors qu’en 1925, a été signé la première convention interdisant l’emploi des armes chimiques. En 1993 a été signée une autre convention relative aux mêmes questions. Il est extrêmement important de venir à bout de ces armes-là. Or elles sont détenues par bien d’autres gens que les Syriens. Les Russes, les Américains, les Français, peut-être - je n’en suis pas certain mais je crois bien que c’est le cas-, les Britanniques, les Israéliens et bien d’autres pays détiennent cette arme.

  • Trois jours de frappes militaires pourraient-ils marquer le coup, pourraient-ils suffire à changer quelque chose ?

Je n’ai pas cette naïveté. Je ne pense pas que, du jour au lendemain, avec trois jours de frappe, on va réduire cela. Mais la contradiction qui apparaîtra au grand jour entre le fait de condamner l’usage des armes chimiques et le fait d’en détenir me semble porteuse d’un débat, d’une mise à jour de ces tensions, et donc d’une possible évolution du monde dans le bon sens de ce point de vue là.

  • On a eu l’histoire des armes de destruction massive en Irak, on a eu la menace d’un massacre de la population à Benghazi... Cette fois, il faut quand même vérifier qu’il y a bien eu attaque chimique, et vérifier aussi que c’est bien le régime syrien qui en est à l’origine. Pourquoi ne voulez-vous pas attendre que les inspecteurs de l’ONU aient fini leur enquête. Pour vous, c’est sûr, c’est Bachar el-Assad qui est responsable ?

Je ne cherche pas du tout à exercer une pression d’urgence. Je considère que c’est un acte grave. Il faut y réfléchir. Il faut prendre des précautions. Il faut s’assurer qu’on n’est pas l’objet d’intoxication. Je le comprends tout à fait. Il ne s’agit pas de cela. Il s’agit simplement d’un soutien de principe à une riposte ciblée, limitée dans le temps, face à cet usage disons éventuel. Cela dit, quand on dit "éventuel", je crois que personne ne conteste aujourd’hui le fait que des armes chimiques aient été employées contre la population dans les alentours de Damas.

Ce qui est encore en discussion et ça mérite d’être discuté, c’est : qui est l’auteur de ces tirs d’obus chimiques. Mais pas le fait que des tirs d’obus chimiques aient bien eu lieu. Au moins, il n’y a pas de discussions sur les faits, ils sont avérés. Contrairement à ce que l’on pouvait dire des armes dites de destruction massive en Irak ou du massacre de la population de Benghazi tel qu’il était présenté par Nicolas Sarkozy et les différents pays qui sont intervenus à ce moment-là. Là, la situation se présente d’une façon différente. Je suis bien d’accord avec le présupposé de votre question, à savoir que tout cela mérite des précautions qu’il faut éviter de « sur simplifier » au risque d’aggraver une situation et qu’il faut donc aller au fond des choses.


Lire également le communiqué du Mouvement de la Paix :
Syrie : Stop à l’escalade dans la barbarie.
Non à l’intervention armée en Syrie, non à la participation de la France.
Solidarité avec les forces de paix, de justice et de démocratie en Syrie.