Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > racisme, antisémitisme > la responsabilité des politiques > augmentation du racisme anti-musulman : la CNCDH pointe l’impact de certains (...)

augmentation du racisme anti-musulman : la CNCDH pointe l’impact de certains discours politiques

mercredi 28 mars 2012

La Commission nationale consultative des droits de l’homme – CNCDH – a rendu son rapport annuel sur les actes racistes [1].
Par rapport à l’année précédente, en 2011 le nombre d’actes et de menaces racistes est en recul – exception faite des manifestations anti-musulmanes.

Mais le sentiment raciste, lui, progresse. Quelque 48% des sondés estiment par exemple que l’immigration est la principale cause de l’insécurité.

« La CNCDH invite donc les pouvoirs publics à se montrer particulièrement vigilants face à cette violence. On peut notamment s’interroger sur l’impact que peuvent avoir certains discours politiques ou certains débats nationaux sur l’attitude de quelques uns de nos concitoyens vis-à-vis de la population musulmane. Il est donc nécessaire de veiller à ce que ces différents débats
publics n’aient pas pour résultat de faire augmenter des sentiments de méfiance à l’égard de cette religion.
 [2] »

La révolte en direct de Robert Badinter, lundi 7 mars 2011 :


« Je rappelle qu’il y a, en France, six millions de musulmans dont la plupart sont des citoyens français ! » « Aujourd’hui, on en arrive à les isoler, à les stigmatiser, ou à faire en sorte qu’ils se ressentent comme tels. Et moi, ça me révolte !  » « A quoi tous ces colloques sur l’identité nationale et sur l’islam aboutissent-ils sinon à donner le sentiment à ces hommes et à ces femmes qu’ils sont mis à part. Une espèce de ghettoïsation morale ! C’est in-sup-por-table !  » « Et il est temps d’en finir avec cela ! »

« Alors, que Mme Le Pen en tire profit, c’est évident. Le national-populisme triomphe à travers toute l’Europe. Mais qu’ici même on s’obstine, non ! Pensons à ces millions de personnes, qui sont nos compatriotes, qui sont musulmans, tous ont le droit de vivre comme les autres et n’aspirent qu’à cela. Il y a une délinquance dont une partie... Et alors ? En quoi est-ce que cela concerne ces millions de citoyens français ? Je rappelle que nous sommes une République laïque. Je rappelle que nous sommes une République dans laquelle il ne doit y avoir aucune discrimination en fonction de la religion. Alors, assez ! » « J’ai entendu, avec stupéfaction, parler de citoyens français d’origine musulmane. Vous imaginez ce que ça veut dire ? Ça m’a ramené au moins soixante ans en arrière, quand il y avait des citoyens, français ou non, d’origine juive. Assez avec ça ! Il faut en finir avec cette agitation ! » [3]

« D’ORIGINE ALGERIENNE »

par K. Selim, Le Quotidien d’Oran, 22 mars 2012


L’insistance des médias français à mettre en évidence « l’origine algérienne » du tueur présumé de Toulouse n’est pas marquée seulement du pur souci d’informer dans le détail. Cela semble obéir davantage à une volonté de marquer une altérité fondamentale, « l’origine algérienne » de l’auteur présumé des tueries l’emportant sur sa nationalité française, l’abolissant même. C’est un « autre » qui a commis le crime, un « étranger », pas un Français.

Le fait que les premières victimes, des militaires français ayant la même origine maghrébine que lui, est quasiment insignifiant. Un jeune de 24 ans né en France, de nationalité française, reste ainsi marqué et identifié, cinquante ans après l’indépendance de l’Algérie, par ses lointaines origines et surtout par sa religion. Des tueurs fous qui invoquent des idéologies de toutes sortes ou le simple plaisir pour commettre des carnages, on en connaît de la Norvège aux Etats-Unis. Et ils sont de toutes les couleurs et de toutes les confessions.

Cette « origine algérienne », martelée comme une sorte d’empreinte génétique et ethnique du crime, est d’autant plus insupportable que dans tout l’échiquier politique français qui attend la levée de la fausse trêve électorale, on n’arrête pas de ressasser qu’il faut éviter l’amalgame. Il est pourtant déjà là. Dans cette manière puissamment suggestive de servir l’information sur un délinquant à la dérive, comme il en existe par centaines dans les banlieues de l’ennui de France ou d’ailleurs.

Sur Facebook, en réaction à cette insidieuse « externalisation » hors de la nation française du présumé tueur, quelqu’un a suggéré « d’écrire de manière systématique : Nicolas Sarkozy, le président français d’origine hongroise. Jusqu’à ce qu’on y réfléchisse à deux fois avant de présenter telle ou telle personne comme étant d’origine maghrébine ».

De fait, de nombreux Français « d’origine » maghrébine se retrouvent aujourd’hui avec le même sentiment qui les avait envahis après les attentats du 11 septembre 2001, où parfois des amis qui les connaissaient de longue date les appelaient pour leur hurler « pourquoi vous avez fait cela ! ». Même quand on appelle à ne pas mettre les musulmans « à l’index », on n’en pense pas moins… qu’ils sont tous « quelque part » comptables du crime que d’autres musulmans commettent. Et pourtant, personne n’a songé qu’il puisse exister un quelconque gène du crime ou une quelconque responsabilité de l’ensemble des Norvégiens après le carnage commis par l’un d’eux. Et cela aurait été absurde.

Cependant, les « musulmans » de France, notion très élastique, sont présumés responsables des actes commis par un jeune délinquant djihadiste délirant. Le climat électoral - où le halal a servi d’argument dans une concurrence odieuse entre la droite et l’extrême droite - mettait déjà les musulmans de France dans une posture défensive. Avec cette terrible affaire, et malgré le discours anti-amalgame, les musulmans de France risquent de se retrouver dans la posture de l’accusé.

« La Commission rappelle au gouvernement et aux personnels politiques qu’il convient d’employer des propos modérés et respectueux de la dignité de chacun, en particulier dans les discours politiques sur l’immigration, l’intégration, l’insécurité ou portant sur des populations particulières. » [Rapport de la CNCDH]


[2Le rapport, page 109.