Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > après les empires coloniaux > Tunisie > colloque : 60 ans – Farhat Hached

colloque : 60 ans – Farhat Hached

dimanche 13 janvier 2013, par nf

Samedi 12 janvier 2013, un colloque soutenu par la LDH et organisé par l’Association Vérité et Justice pour Farhat Hached s’est tenu à l’Assemblée nationale – salle Colbert – de 9h à 17h, présidé par Houcine Abassi, secrétaire général de l’UGTT.

Au delà de sa présentation, nous reproduisons ci-dessous la dépêche de l’agence officielle algérienne Algérie presse service (APS) [1]. Celle-ci ne mentionne pas l’intervention de Me Michel Tubiana, président du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, “Réflexions sur les démarches juridiques relatives aux crimes coloniaux”, ni le fait que ce colloque a dénoncé le refus de visa par les autorités algériennes à Michel Tubiana pour effectuer une mission d’observation en Algérie au titre du REMDH. Il a aussi dénoncé l’absence de délivrance d’un visa par les autorités françaises à l’historien marocain Najib Taki qui devait intervenir sur “Les répercussions de l’assassinat de Hached sur le mouvement national au Maroc”.

[Mis en ligne le 26 décembre 2012, mis à jour le 13 janvier 2013]


Il y a 60 ans, le 5 décembre 1952, Fahrat Hached, fondateur en 1946 et depuis
secrétaire général de l’Union générale des travailleurs tunisiens en même temps que l’un des principaux leaders alors du mouvement national tunisien, a été assassiné à Tunis. Ce crime a été commis, sous le couvert d’une organisation terroriste baptisée « la Main rouge », par une branche du service français du SDECE qui, depuis sa création en janvier 1946, dépendait directement du président du Conseil, celui-ci étant alors Antoine Pinay. Il est temps que, 60 ans plus tard, la responsabilité de ce crime, qui a provoqué une immense émotion en Tunisie a pesé lourdement sur l’avenir de ce pays, soit enfin reconnue.

Après avoir rappelé les faits, le colloque interpellera les autorités françaises sur le rôle du gouvernement de l’époque et demandera l’ouverture de toutes les archives relatives à ce crime. Il soulèvera aussi les questions posées par les déclarations, en décembre 2009, à la chaîne de télévision Al Jazira d’un citoyen français qui a revendiqué avoir appartenu de cette organisation, déclaré « si c’était à refaire, je referais » et estimé l’assassinat de Farhat Hached « légitime ». Un point sera fait sur la plainte déposée contre lui, pour apologie de crimes de guerre, en mars 2010 par les membres de la famille Hached, la LDH et la FIDH.

Par la suite, le même service du SDECE, avec l’aval d’autres chefs du gouvernement, a continué à assassiner des personnalités engagées dans le combat anticolonial. Le 21 mai 1959, l’un des avocats qui défendait les indépendantistes algériens, Me Amokrane Ould Aoudia, du barreau de Paris, a été assassiné dans le IIe arrondissement, rue Saint-Marc, en sortant de son cabinet, par des agents du Service action du SDECE, avec l’aval du Premier ministre Michel Debré.

Le 29 octobre 1965, des policiers français dépendant du SDECE ont prêté la main à l’enlèvement en plein Paris, boulevard Saint-Germain, de l’homme politique marocain et leader tiers-mondiste Mehdi Ben Barka, qui a été suivi de sa disparition ; jusqu’à ce jour, les Etats français et marocains n’ont pas reconnu leurs responsabilités dans son assassinat.

Le 4 mai 1978, Henri Curiel, qui avait animé un réseau français de soutien à la lutte d’indépendance algérienne puis soutenu l’action de Ben Barka, a été assassiné à Paris, dans le Ve arrondissement, par des hommes du Service action du SDECE.

Après l’affaire Ben Barka, De Gaulle avait rattaché le SDECE au ministère
des Armées et soumis les homicides de son Service action à l’aval du Président de la République ; le président était alors Valéry Giscard d’Estaing. Il est temps que la vérité soit dite sur ces meurtres.

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

MATINÉE

9h : Accueil des participants
9h 30 : Intervention de bienvenue d’un élu de l’Assemblée nationale
9h 35 : Ouverture du colloque par Houcine Abassi Secrétaire général de l’UGTT
9h 45 : Recherches et travaux sur Farhat Hached, état des lieux, par Abdelwahab Mokni, historien, Tunisie
10h 05 : Hached dans la “mémoire tunisienne” par Hichem Abdessamad, AVJ-FH
10h 25 : Témoignage sur F. Hachad par Nourredine Hachad
10h 35 Les répercussions de l’assassinat de Hached sur le mouvement national marocain par par Najib Taki, historien, Maroc
10h 55 : Pause café
11h 10 : Projection d’un extrait du film d’al Jazira de 2009
11h 20 : Le point sur la plainte déposée contre Antoine Melero, par Me Houcine Bardi, AVJ-FH, avocat au barreau de Paris et conseil de la famille Hachad
11h 40 : Débat

APRÈS-MIDI

14 h : Trois cas emblématiques des responsabilités des services français dans les assassinats de militants anticoloniaux, introduction par Gilles Manceron, historien
14h 10 : l’assassinat de Me Amokrane Ould-Aoudia, par Jean-Philippe Ould-Aoudia
14h 30. L’enlèvement de Mehdi Ben Barka, par Bachir Ben Barka
14h 50 : L’assassinat de Henri Curiel à Paris en 1978, par Sylvie Braibant, journaliste
15h 20 : Connaître et reconnaître les responsabilités politiques françaises dans les crimes coloniaux, par René Gallissot, professeur émérite à Paris VIII
15h40 :Réflexions sur les démarches juridiques relatives aux crimes coloniaux, par Me Michel Tubiana, président du Réseau euro-méd. des droits de l’Homme
16h : Débat
16h 50 : Conclusions
17h : Fin des travaux

Crimes coloniaux : les services de renseignement français brouillent les pistes

[APS – Paris 13 janvier 2013] – L’historien Gilles Manceron a souligné samedi lors du colloque sur l’assassinat de personnalités politiques maghrébines et françaises par les services de renseignements français que ceux-ci ont cherché à chaque fois à brouiller les pistes en lançant de fausses revendications sur ces assassinats.

Intervenant lors de ce colloque portant sur la vérité sur les crimes coloniaux, organisé à l’Assemblée nationale, il a indiqué que ces services diffusent des hypothèses écrans qui sont autant de tentatives pour dissimuler leur implication. “La main rouge” n’existe pas en tant que telle c’est un écran de fumée, un panneau destiné à dissimuler le véritable auteur qui est le Service français de documentation extérieur et de contre-espionnage (SDECE), a soutenu l’historien.

« Ce n’est pas le droit d’un État démocratique à disposer de services secrets que nous voulons ici mettre en cause dans cette rencontre », a-t-il tenu à expliquer par ailleurs.
« Un Etat démocratique peut disposer de services de contre-espionnage, de renseignement, voire d’actions pour mener des opérations sur son territoire ou hors de son territoire lorsque ses instances politiques décident qu’il en va de la survie de sa démocratie. Ce n’est pas de tels services que nous voulons remettre en question aujourd’hui », a-t-il précisé encore.
« Ce à quoi nous appelons, c’est une exigence de vérité sur une page de l’histoire contemporaine de la France, celle qui concerne l’histoire coloniale et en l’occurrence sur un certain nombre de crimes qui ont font partie », a relevé l’historien.

Il a souligné également que les indices sur les assassinats de Farhat Hachad, Me Amokrane Ould-Aoudia, Mehdi Ben Barka et Henri Curiel, semblent montrer que le service Action du SDECE, « service officiel dépendant des décisions de responsables politiques français » y a été impliqué et que ces cas constituent des exemples emblématiques de « la violence contre les militants anticolonialistes ».

Gilles Manceron rappelle alors que le 21 mai 1959, l’un des avocats qui défendait les militants du Front de libération nationale (FLN) durant la guerre d’Algérie, Me Amokrane Ould Aoudia, du barreau de Paris, a été assassiné dans le IIe arrondissement, rue Saint-Marc, en sortant de son cabinet, par des agents du Service action du SDECE, avec l’aval du Premier ministre Michel Debré.
De la même façon, sous la IVe République, a-t-il ajouté, le 11mai 1955, il y a eu une décision des autorités politiques françaises, sous l’égide d’un gouvernement présidé par Edgar Faure qui donnait l’ordre tenté d’assassiner les chefs du FLN.
« Et c’est ainsi que quatre tentatives d’assassinat ont été organisées pour tenter de tuer Ahmed Ben Bella (premier président de la République algérienne), trois au Caire (Egypte) et une à Tripoli (Libye) », a-t-il dit.
Et c’est le SDECE également, a soutenu l’historien, qui le 22 octobre 1956 a organisé le détournement dans l’espace international de l’avion qui transportait les chefs du FLN de Rabat vers Tunis avec l’accord du Secrétaire d’Etat des forces armées de l’époque, Max Lejeune et du président du Conseil, Gy Mollet.

Après la guerre d’Algérie, en octobre 1965, « ce sont les policiers français du SDECE qui ont organisé avec les services marocains l’enlèvement à Paris, de l’homme politique, le militant anticolonialiste Mahdi Ben Barka suivi de son probable assassinat », a encore rappelé Gilles Manceron.
Il cite dans ce contexte des documents des services de renseignement britanniques qui révèlent que toutes les preuves semblent indiquer « une grande complicité » dans l’affaire Ben Barka, du côté français.
« Les deux cotés (marocains et français) semblent apparemment être responsables à part égale », a-t-il ajouté, citant toujours, les services de renseignement britanniques.

Il évoque enfin l’assassinat d’Henri Curiel, le 4 mai 1978, à Paris relevant que c’est aussi le SDECE qui est derrière ce crime, selon un ensemble d’enquête et de témoignages « récents, crédibles et concordants », soulignant qui « si un tel assassinat a été commis par le SDECE, il l’a été avec l’aval du président de la République » qui était alors Valéry Giscard d’Estaing.

Pour Jean Philippe Ould-Aoudia venu apporter son témoignage, le meurtre Me Amokrane Ould-Aoudia constitue un véritable cas d’école en matière de crime d’Etat. « En raison de la connaissance totale de la chaîne des responsabilités, le mobile est connu. Il s’agissait d’empêcher que soit révélée la pratique de la torture en France et à Paris en particulier. Et plutôt que sévir contre les tortionnaires, l’Etat choisit de réduire au silence ceux qui la dénonçaient et de saisir les livres qui en parlaient (La Question, La Gangrène) ».

Bachir Ben Barka, le fils du militant marocain anticolonialiste, a souligné que l’assassinat politique a été systématiquement appliqué par les autorités coloniales « directement ou indirectement comme une arme contre le mouvement de libération national pour l’affaiblir, diminuer ses potentialités de mettre sur pieds une société démocratique de l’après indépendance ».

La journaliste Sylvie Braibant est intervenue pour évoquer le parcours militant d’Henri Curiel, assassiné le 4 mai 1978, à Paris et qui avait animé un réseau français de soutien à la lutte pour l’indépendance de l’Algérie et soutenu l’action de Ben Barka dans sa lutte anticoloniale.
Elle a expliqué aussi comment les ultras de “l’Algérie française” et l’OAS, se sont implantés dans l’Etat giscardien « pendant un septennat marqué par des crimes politiques de toutes sortes ».
« Sans avoir été un combattant de “l’Algérie française”, Giscard d’Estaing en était un fervent partisan. Le mépris, le racisme qu’il avait pour les Algériens est raconté par Paul Balta qui était alors correspondant du journal Le Monde en Algérie », a-t-elle rapporté.

L’historien du colonialisme René Gallissot a estimé pour sa part que Farhat Hachad a été assassiné parce qu’il est la figure de l’action syndicale et de l’action proche du milieu ouvrier et proche également des mouvements politiques de gauche dans le combat contre le colonialisme.
Il a en outre souligné que ce syndicaliste a également été assassiné parce qu’il était porteur de la concertation syndicale maghrébine qui était en gestation avec les Algériens et les Marocains.

Sur les enquêtes supposées être menées pour élucider les circonstances des assassinats politiques, il a relevé que l’échec de ces enquêtes est dû au fait que les juges se soumettent aux directives des autorités politiques et que tout le monde sait que ça finira par un non-lieu.

L’affaire Ben Barka, a-t-il dit, est la seule qui reste ouverte à ce jour, car son corps n’a pas été retrouvé et on ne peut par conséquent pas prononcer un non-lieu.

« Il faut combattre pour que les archives ne soient pas triées, dissimulées et pour qu’elles soient versées et soient consultables », a ajouté René Gallissot.
« Ce qu’il faut retenir c’est qu’il y a interdiction de tout refus de consultation des archives des services de secret défense quand il y a assassinat politique, quand il y a massacres coloniaux. Or les crimes et les assassinats politiques continuent car c’est l’impunité qui prévaut », a-t-il déploré.

Ce colloque s’est déroulé à l’initiative de l’association “Vérité et justice pour Ferhat Hachad”, en association avec “l’Institut Mahdi Ben Barka” et “Sortir du colonialisme” avec le soutien de syndicats français dont la CFDT et la CGT et d’associations militant pour les droits de l’homme dont la Ligue française des droits de l’homme (LDH) et le Mrap.


[1En rectifiant l’omission de quelques mots dans une phrase de l’historien Gilles Manceron et une erreur dans le nom de la journaliste Sylvie Braibant.