Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme et xénophobie > racisme, antisémitisme > condamnations de l’hebdomadaire “Valeurs actuelles”

condamnations de l’hebdomadaire “Valeurs actuelles”

mardi 10 mars 2015, par nf

La loi sanctionnant le racisme, l’antisémitisme, la provocation à la discrimination existe ... et elle est appliquée. Deux exemples récents l’attestent : l’hebdomadaire Valeurs actuelles vient d’être condamné pour provocation à la haine envers les musulmans et pour provocation à la haine envers les Roms.

Valeurs actuelles défend des valeurs ... sont-elles de droite extrême ou d’extrême droite ?

Marianne voilée : le directeur de « Valeurs actuelles » condamné

[Le Monde.fr avec AFP, le 3 février 2015]


22 septembre 2013

Le directeur de la publication de l’hebdomadaire Valeurs actuelles, Yves de Kerdrel, a été condamné mardi 3 février à 2 000 euros d’amende pour provocation à la discrimination envers les musulmans, pour sa « une » du 22 septembre 2013 représentant une Marianne voilée à côté du titre « Naturalisés, l’invasion qu’on nous cache ».

Le tribunal correctionnel de Paris a en outre ordonné la publication d’un communiqué judiciaire en page de sommaire du journal. Yves de Kerdrel a également été condamné à verser 1 euro de dommages et intérêts à l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), qui avait saisi la justice, la même somme à SOS Racisme, et 500 euros de dommages et intérêts à la Maison des potes, ainsi qu’à la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

Le parquet avait requis une amende de 5 000 euros.

« AMALGAMES ET RACCOURCIS »

Cette couverture « joue avec les amalgames et les raccourcis », exhorte « à la haine », avait estimé dans son réquisitoire la procureure Solène Gouverneyre, pour qui le terme d’« invasion » « incite en lui-même au rejet par sa connotation agressive ». L’avocat de l’UEJF, Me Stéphane Lilti, avait quant à lui dénoncé l’« extrême violence » de cette « une » qui vise « l’ensemble des musulmans ».

A la barre, Yves de Kerdrel s’était défendu de toute volonté de stigmatiser, soutenant que le journal aurait pu utiliser « une Marianne aux yeux bridés, peu importe ». Pour lui, ces poursuites contre le journal témoignent d’une « régression du débat intellectuel », « ce qui pouvait être dit il y a vingt-cinq ans ne peut plus être dit aujourd’hui ».

______________________________

« Valeurs actuelles » condamné pour provocation à la haine envers les Roms

par Isabelle Ligner, Dépêches tsiganes le 8 mars 2015


22 août 2013

Le directeur de la publication du magazine Valeurs Actuelles Yves de Kerdrel a été condamné jeudi 5 mars par le tribunal correctionnel de Paris à une amende de 3.000 euros pour provocation à la discrimination, à la haine et à la violence envers les Roms et diffamation après sa une infamante du 22 août 2013 proclamant « Roms, l’overdose ».

Le tribunal a également ordonné la publication dans Valeurs actuelles et dans un autre journal d’un communiqué judiciaire insistant notamment sur le caractère « particulièrement stigmatisant » de cette une et du « dossier » qui suivait. Ce pseudo dossier était marqué par « la répétition et la juxtaposition de termes censés [être] descriptifs tels que "fléau", "overdose", "plaie", "invasion", tous évocateurs de maladies ou de catastrophes ». Or ces termes, utilisés sciemment, « contribuent nécessairement, par-delà le supposé "constat" à opposer la communauté visée, appréhendée sous un prisme uniquement négatif, à "la France" ou aux "Français" », relèvent les juges.

Yves de Kerdrel et la société éditrice du journal ont également été condamnés à verser 2.000 euros de dommages et intérêts à la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) et un euro à l’association La Voix des Rroms, qui avaient porté plainte dans cette affaire.
Cette condamnation ne semble pas avoir fait taire ou réfléchir le directeur d’une publication virant de plus en plus vers l’extrême droite qui est régulièrement poursuivie pour des unes telles que « Naturalisés, l’invasion qu’on nous cache » assortie d’une Marianne voilée qui lui a valu une autre condamnation en février. Après cette nouvelle condamnation Yves de Kerdrel a fait appel en dénonçant avec une rhétorique répétitive : « un nouvel acte de censure sur un sujet grand public qui intéresse les Français » et « une atteinte à la liberté d’expression », décidément mise à toutes les sauces par les temps qui courent.

Saimir Mile, président de la Voix des Rroms, a pourtant espéré dans une réaction transmise à Dépêches tsiganes que cette condamnation de Valeurs actuelles « serve de leçon aux faiseurs d’opinion d’une manière générale, journalistes, hommes politiques, intellectuels etc., et qu’elle serve aussi de point de départ pour la condamnation systématique de tous les propos racistes ». « Le même jour que le TGI condamnait Valeurs actuelles, la Cour d’appel de Paris a fixé l’audience du procès que nous avons initié contre les propos racistes de Manuel Valls », a-t-il ajouté. « L’audience d’appel se déroulera le 2 juillet 2015 à 13h30. En première instance, les juges de la 17ème avaient estimé que les propos de Valls sur les Rroms sortaient de leur compétence car il les a prononcés en tant que ministre. Or, la République étant fondée sur l’égalité et la non-reconnaissance de minorités ethniques, lorsque Valls désigne les Rroms, il ne peut le faire en tant que ministre, mais en tant qu’homme politique. Il exprime une opinion, et toujours selon la loi française, l’opinion devient un délit dès lors qu’elle exprime des idées racistes », souligne Saimir Mile. Et de conclure que « La voix des Rroms attend surtout de la justice une constance et une application juste et égale de la loi à tous ceux qui l’enfreignent, sans aucune distinction ».

Isabelle Ligner


______________________________

L’appel de 16 députés : Il faut « désoixantuitardiser » la France !

On peut rapprocher les précédentes condamnations en justice de la polémique qui s’est développée récemment à propos d’un reportage de Valeurs actuelles sur Roubaix, où la ville est présentée comme une commune livrée aux étrangers et aux islamistes [1].

Dans son édition du 25 février 2015, Valeurs actuelles a publié un appel signé par 16 députés UMP ou apparentés. Ils estiment que « lentement, d’autres lois que celles de la République grignotent nos écoles, nos services publics, nos quartiers. » Leur « diagnostic est que ce désastre est d’abord celui de l’école de la République, déconstruite par Mai 68. Il faut la “désoixantuitardiser”, pour acter la sortie de la société émolliente que les lanceurs de pavés du Quartier latin nous ont léguée. » Et ils concluent que « la vraie réponse au 7 janvier, c’est l’autorité. Sans elle, la laïcité n’a pas de colonne vertébrale. » [2]

Que voila un texte fort ! On ne sait qui en est l’auteur, mais parmi les signataires on reconnaît les deux députés UMP de Toulon :
- Philippe Vitel a été classé second au prix du macho de l’année, pour ses propos sur Valérie Trierweiller.
- Geneviève Lévy n’en est pas à son premier dérapage. Mais a-t-elle oublié qu’elle a participé à la création de la section toulonnaise de la Licra en 1995, lorsque le Front national a gagné le élections municipales ? [3]. Comment a-t-elle pu signer la tribune publiée dans Valeurs actuelles ?


[1Voir cet article de La Voix du Nord :
http://www.lavoixdunord.fr/region/v....

[2La tribune du 25 février 2015 dans son intégralité : http://www.valeursactuelles.com/app....