Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > après les empires coloniaux > Syrie - Irak > droit d’asile : autre temps, autres moeurs ...

action collective à laquelle la LDH participe

droit d’asile : autre temps, autres moeurs ...

vendredi 13 septembre 2013

La France va prendre des mesures pour faciliter l’accueil des réfugiés syriens et en accueillir davantage, a annoncé jeudi le chef de la diplomatie Laurent Fabius sur la RTL, alors que plusieurs associations ont critiqué Paris pour sa politique d’asile. "Nous avons donné des instructions pour que la demande de droit d’asile puisse être instruite beaucoup plus rapidement que dans le passé", a déclaré M. Fabius, indiquant qu’il agissait en concertation avec le ministre de l’Intérieur Manuel Valls. "Nous allons aller vers un accueil plus large de toute une série de familles qui ont une attache avec la France", a-t-il affirmé.

"La France doit accueillir les réfugiés syriens !", ont déclaré plusieurs associations dans l’appel lancé mercredi, et repris ci-dessous.

Dééclaration interassociative

Chili 1973 - Syrie 2013
Droit d’asile : Autre temps, autres mœurs

Autre temps, autres mœurs ....

Quand, le 11 septembre 1973, le coup d’État militaire de Pinochet abat le gouvernement légitime au Chili, la société civile française s’émeut et se mobilise. Près de 500 000 Chiliens vont devoir s’enfuir. Les formations de la gauche française, y compris le Parti socialiste [1], demandent au président Pompidou de déclarer que la France est prête à offrir l’asile aux exilés chiliens. Dix à quinze mille y trouveront refuge. Avec la Suède, la France devient le principal pays d’accueil en Europe et reconnaît avec largesse le statut de réfugié à celles et à ceux qui le sollicitent.

Quarante ans plus tard, la Syrie est à feu et à sang. Plus de deux millions de Syriens ont fui la guerre civile. Tandis que la Turquie, le Liban, la Jordanie et l’Irak sont débordés par les arrivées de réfugiés, l’Europe, à l’exception de la Suède, leur oppose contingentement de visas et barrières policières. Et la France, dont le ministre des affaires étrangères déclare que « la tragédie syrienne peut être la pire catastrophe humanitaire de ce début de siècle » et dont le Président est prêt à s’engager dans une intervention militaire pour punir un régime qui s’attaque aux populations civiles de son pays, justifie cette politique par la saturation de son dispositif d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile...

On s’emploie donc, en amont, à éviter les demandes d’asile. C’est dans ce but que le gouvernement a décidé en janvier 2013, en toute discrétion, d’imposer un « visa de transit aéroportuaire » (« VTA ») à celles et à ceux qui, devant transiter par un aéroport français, profiteraient d’une escale pour solliciter une protection. [2]

Quant à la pincée de Syriens qui ont réussi à entrer dans l’Hexagone, si une partie obtient assez aisément le statut de réfugié ou la protection subsidiaire, beaucoup, empêchés de s’adresser à la France par le Règlement « Dublin 2 », finissent par gagner Calais d’où ils espèrent fuir un pays qui déploie son hostilité à leur encontre. Ils sont pourchassés jusque dans les squats insalubres où on les a condamnés à se cacher.

Autre temps, autres mœurs. Quarante ans après avoir apporté un soutien actif aux Chiliens, la société civile française n’a pas bronché.

L’Union européenne non plus, qui ne songe même pas à offrir aux Syriens la « protection temporaire » prévue en cas d’afflux massif du fait d’un conflit. Pas plus qu’elle ne l’avait offerte aux Afghans, aux Irakiens et aux milliers d’Africains qui, en 2011, ont dû fuir la Libye.

À quarante ans de distance, la France et l’Europe sont devenues incapables de la moindre solidarité à l’égard des femmes et des hommes victimes de persécutions. L’« espace de liberté, de sécurité et de justice », censé caractériser l’Europe, et dans lequel l’asile serait un élément central, n’existe que pour la galerie. A la différence des Chiliens d’antan, les Syriens d’aujourd’hui peuvent mourir à ses portes sans qu’elle s’en soucie.

Le 11 septembre 2013


Organisations signataires :

  • Association d’accueil aux médecins et personnels de santé réfugiés en France (APSR),
  • Centre Primo Levi,
  • Collectif de soutien des exilés (Paris),
  • Dom’Asile,
  • Fédération des associations de solidarité avec les travailleur·e·s immigré·e·s (Fasti),
  • Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s (Gisti), -* Jesuit Refugee Service (JRS) France, -* la Cimade,
  • la Marmite aux idées (Calais),
  • Ligue des droits de l’Homme,
  • Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap),
  • Réseau Éducation sans frontières (RESF),
  • Terre d’errance Norrent-Fontes (Pas-de-Calais)


[1Ce dont se félicite l’Institut François Mitterrand. Voir « Le parti socialiste français face à l’expérience de l’Unité Populaire chilienne », la Lettre n° 23, mars 2008.

[2Voir : « Quand la France tente d’empêcher les Syriens de fuir »