hommage aux victimes de l’OAS


article  communiqué de la section de Nice de la LDH  de la rubrique extrême droite > nice et son mémorial
date de publication : jeudi 10 mars 2011


En réaction au projet des nostalgiques de l’Algérie française de rendre hommage à Nice, le 23 avril prochain, aux responsables du putsch d’Alger d’avril 1961, la section de Nice de la Ligue des droits de l’Homme célèbre la mémoire des victimes de cette organisation terroriste, et notamment celle des six inspecteurs des Centres sociaux éducatifs en Algérie assassinés par un commando de l’OAS le 15 mars 1962.


Communiqué de la section de Nice de la LDH

En hommage aux victimes de l’OAS

Nice, le 7 mars 2011

Le 27 février 2011 la une de Nice Matin annonçait que des anciens de l’OAS voulaient célébrer à Nice le 23 avril prochain, le cinquantième anniversaire du putsch d’Alger visant à renverser la République par les armes.

Ils comptent rendre hommage aux généraux factieux, en déposant une gerbe au mémorial des rapatriés sur la stèle de Roger Degueldre créateur des commandos de la mort de l’Organisation armée secrète.

Un colloque organisé l’après midi verra la participation de Gabriel ANGLADE [1] adjoint au maire UMP de Cagnes sur mer, Louis NEGRE.

Après l’échec du putsch, Gabriel Anglade rejoint les commandos delta de l’OAS.

Le 15 mars 1962, il participe avec Degueldre, à l’assassinat de six fonctionnaires de l’Education Nationale, responsables des Centres sociaux éducatifs fondés par la déportée et résistante Germaine Tillion.

Les lois d’amnistie ont effacé les condamnations prononcées et prévu l’extinction de l’action publique visant des actes commis à l’occasion de la guerre d’Algérie, mais elles n’interdisent pas d’évoquer les faits :

Le 15 mars 1962 à El Biar (ALGER).
Marcel BASSET
Robert EYMARD
Mouloud FERAOUN
Ali HAMMOUTENE
Max MARCHAND
Salah OULD AOUDIA

étaient sauvagement et méthodiquement assassinés par un commando de tueurs de l’OAS

Ces six victimes innocentes, trois Algériens, trois Français avaient un point commun : elles occupaient des fonctions de direction au sein du service des Centres sociaux éducatifs en Algérie.

Plus qu’un point commun, ces membres de l’Éducation Nationale avaient une passion commune :
ils avaient une très haute idée de leur mission, de leur œuvre éducative, en faveur de la jeunesse algérienne. Ils avaient la conviction que la culture humaniste est une voie privilégiée vers la justice sociale.

Charlie Corriere
Président de la Section de Nice de la LDH

Notes

[1] Pour Gabriel Anglade, voir : le 15 mars 1962 à El Biar. (Note de LDH-Toulon)


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP