ils ont sifflé la Marseillaise !


article de la rubrique discriminations > les “banlieues”
date de publication : jeudi 16 octobre 2008


Disons-le clairement : on a le droit de siffler l’hymne national tout comme on a le droit de l’applaudir. Il est, par contre, inacceptable que l’on siffle un joueur en raison de la couleur de sa peau. Or sur ce terrain, on n’entend pas les hommes politiques.

Et demandons-nous s’il est bien justifié de jouer des hymnes nationaux lors de rencontres sportives.

Ceci étant dit, on ne peut ignorer ce qu’exprimaient les sifflets qui ont accompagné La Marseillaise mardi 14 octobre, lors du match amical France-Tunisie. Derrière l’outrage à l’hymne national : le sentiment de rejet et le désarroi des jeunes issus de l’immigration, l’échec lancinant et corrosif de leur intégration à la communauté républicaine. [1]

L’historien Alain Ruscio et le journaliste Thierry Leclère réagissent.

[Le chapeau a été revu en mai 2009]


Sur des sifflets insupportables… et explicables

Alain Ruscio [2], 16 octobre 2008

Le 14 octobre, j’étais, comme des millions de Français, devant mon poste de télévision pour regarder quelques images de sport. J’ai, comme beaucoup, apprécié l’entrée sur le terrain des footballeux mêlés, Tunisiens et Français, même si les calculs de la société du spectacle étaient un peu visibles.

Moi aussi, j’ai râlé en entendant les premiers sifflets lors de la Marseillaise. Et même, tiens, j’ai boycotté le match dès les premières minutes, constatant non sans rage l’imbécillité de cette hostilité systématique à l’équipe française. Je crois que, si j’avais été sondé à ce moment par téléphone, j’aurais fait partie de ceux qui condamnaient. On a droit après tout à ses petites faiblesses.

Mais depuis quand l’épiderme, dans le corps humain, est-il au pouvoir ? N’avons-nous pas un cerveau ? Chacun son rôle.

En écoutant nos politiques, en lisant la presse, hier et ce matin, je me suis demandé si ces rôles n’avaient pas été inversés. Holà ! On se calme !

La constatation de départ peut être partagée par tous : une partie des Jeunes de banlieue (cette périphrase gênée pour dire : Arabes) ne se sent pas, ne se sent plus concernée par le pays dans lequel elle vit, son pays, la France.

Le chœur des outrés s’exclame : c’est insupportable. Oui, c’est insupportable.

Oui mais.

La bonne question est : Pourquoi ?
Pourquoi, donc, une partie des Français ne se sentent-ils pas… Français ?

C’est parce qu’ils savent, plus ou moins confusément, que ce pays n’a toujours pas réglé la question du racisme. Et que le racisme à la française a planté ses racines – entre autres, mais surtout – dans notre histoire coloniale.

C’est parce que le pays dans lequel ils vivent a recruté leurs arrière-grands-parents pour combattre en 1914, reconstruire après 1918, recruté leurs grands-parents pour combattre en 1939, reconstruire après 1945, recruté leurs parents, dans les années 60, pour construire les maisons qu’ils ne pouvaient habiter, fabriquer les voitures qu’ils ne pouvaient conduire…

C’est parce que les enfants de Polonais ou d’Italiens n’ont pas à faire sans cesse la preuve qu’ils sont intégrés, qu’ils sont Français. Et pourquoi agit-on autrement avec les enfants de Maghrébins, d’Africains ? Y aura-t-il en 2020 des immigrés de troisième, en 2050 de quatrième générations ? Quand la tache – non : la tare – s’effacera-t-elle ?

C’est parce que le pays dans lequel ils vivent les traite différemment, leur impose un taux de chômage double de celui des autres jeunes Français. C’est parce que Mohamed, habitant du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie, a six fois moins de chance d’obtenir un entretien d’embauche que Jean-Pierre, domicilié à Paris. Six fois ! Et même pas pour l’obtention d’un emploi : pour un simple entretien d’embauche !

C’est parce qu’on ne la leur fait pas, qu’ils savent bien que la présence d’une Rachida Dati, d’une Fadela Amara, d’une Rama Yade dans une équipe n’en fait pas un gouvernement de la vraie diversité, pas plus que celle d’un Bernard Kouchner n’a la moindre chance de le tirer à gauche. L’effet escompté n’a pas eu lieu, et c’est normal : la ficelle était trop voyante.

S’ils sifflent La Marseillaise, c’est que le vécu de trois ou quatre générations, entassé comme par strates successives, arrive désormais à fleur de cœur, à fleur de peau, à fleur de lèvres : et si ce sang impur dénoncé par l’hymne national était le leur ?

Dans ces conditions, le vote de la loi de février 2005 sur les effets positifs de la colonisation, l’état d’urgence, par recours à une loi de la guerre d’Algérie, lors de la révolte des banlieues, les divers dérapages ( ? ) verbaux, de racaille en Kärcher, sont, nous pesons nos mots, au mieux le fait d’irresponsables, au pire celui d’agresseurs. Dans les deux cas, c’est un signe qui dépasse de loin les polémiques du moment. C’est l’avenir de la France, ni plus, ni moins, qui est en cause.

C’est à un jeune auteur, directement concerné par tous les questionnements de ces temps, qu’il faut laisser la parole. Il s’appelle Ahmed Djouder et vient de publier un livre au titre symbolique : Désintégration [3] : « La France, en tant que personne morale, a un honneur à sauver qui doit passer par une reconnaissance de ses oublis et manquements et rectifier le tir. Comment ? En changeant de regard sur nous. En portant sur nous un regard positif et tendre. Un regard positif et tendre. C’est tout. Vous verrez, la France, ce sera le paradis. »

Inch’ Allah !

Alain Ruscio

Horreur ! Ils ont sifflé la “Marseillaise” !

par Thierry Leclère, Telerama.fr, le 16 octobre 2008

Allons enfants de l’infamie, le jour de la sanction est arrivé… A la prochaine Marseillaise sifflée, c’est entendu, les matchs seront arrêtés, les stades vidés, les tribunes karchérisées. Quant à la ministre Roselyne Bachelot et son secrétaire d’Etat Laporte, on ne doute pas que, dans le cadre de leur campagne de moralisation, ils prendront les mêmes mesures dès que des supporters pousseront des cris de singe à l’adresse de joueurs noirs…

Le rappel au drapeau pour ressouder l’unité nationale en temps de crise ? La recette n’est pas toute neuve, on vous l’accorde. Mais elle marche toujours. Et voici le délicat député des Alpes-Maritimes Lionnel Luca qui propose aux siffleurs (pardon, aux « petits merdeux », dit son collègue sémiologue des Yvelines Jacques Myard) de « faire leur valise pour réintégrer le pays de leurs origines ». Petit cours de rattrapage à l’attention de M. Luca : les « d’origine », beurs et beurettes, noirs et noirettes, qu’il croise en centre-ville chez lui à Toulon, rue Saint-Ferréol à Marseille ou au Forum des Halles à Paris sont d’ici. Ils sont fran-çais. Il faudra s’y faire. Quant au pays « d’origine » de leurs parents, M. Luca risque de retomber, plus d’une fois sur deux, sur… la France.

Mauvaise pioche. Comme dans les films d’Hitchcock, l’assassin est à l’intérieur. Faudra-t-il remonter à la deuxième ou troisième génération pour traquer l’étranger qui sommeille en chaque siffleur ? De la même façon, la chanteuse Lââm, qui a entonné cette Marseillaise au Stade de France n’est pas « franco-tunisienne », comme l’a répété la presse. Ou bien Nicolas Sarkozy est un président « franco-hongrois ». Pourquoi pas ? Mais alors il faudra accepter que ces demi, ou trois quarts, ou quatre cinquième de Français ont tous, peu ou prou, ce « sang impur » qui abreuva, naguère, les sillons des Français de souche.

Alors que ces siffleurs se soient tirés une balle dans la chaussure à crampons, on vous l’accorde, M. Luca. On ne leur cherche pas d’excuses. Le sifflet est le degré zéro de la politique. Mais vous êtes-vous demandé si dans cette « identité nationale » dont vous vous gargarisez et que vous érigez en ministère, il y a de la place pour les bronzés ?

La question des quartiers populaires (on appelle ça aussi les banlieues) n’est pas le problème ni de la Tunisie, ni du Maroc, ni de l’Algérie. Cette question est franco-française. Et si le Stade de France, le bien-nommé, n’était rien d’autre qu’un miroir – déformant, peut-être – de cette France qui piaffe d’en être.

D’en être quoi ? Française. Tout simplement.

Thierry Leclère

A propos de Lionnel Luca

Lors des débats du projet de loi qui ont précédé l’adoption de la loi du 23 février 2005, on a pu entendre le député Lionnel Luca déclarer à la tribune de l’Assemblée nationale [4] :

« La France, alors, allait bien de Dunkerque à Tamanrasset, les populations qui la composaient étaient rassemblées sous un même drapeau. Quelles qu’aient été les erreurs ou les fautes commises, la France n’a jamais asservi les peuples qu’elle a dirigés [...] »

« Nous devons écrire l’histoire et l’enseigner pour que les enfants sachent que la France n’a pas été colonialiste mais colonisatrice et qu’elle a transmis les valeurs républicaines aux élites qui aujourd’hui dirigent ces peuples. La colonisation française a pratiqué l’intégration et notre armée s’est comportée de telle manière que nul n’ait à en rougir. »

Lionnel Luca est député (UMP) des Alpes Maritimes depuis le 1er juin 1997. Sa profession, déclarée sur sa fiche de l’Assemblée nationale : professeur d’histoire-géographie. Bigre !

Notes

[1] Voir l’éditorial du Monde du 17 octobre 2008.

[2] Librement auto-adapté de ma conclusion à l’ouvrage collectif Histoire de la colonisation : Réhabilitations, falsifications et instrumentalisations, sous la direction de Sébastien Jahan & Alain Ruscio, Paris, Ed. Les Indes savantes, 2007. [Note d’Alain Ruscio]

[3] Paris, Stock, 2006.

[4] Lors de la première séance du 11 juin 2004 : http://www.assemblee-nationale.fr/1....


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP