Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > migrants > la France veut pouvoir expulser plus

la France veut pouvoir expulser plus

lundi 15 mai 2017, par nf

Les primo-demandeurs d’asile, entrés dans l’Union européenne par un pays autre que la France, sont soumis à un règlement spécifique adopté lors de réunions qui se sont tenues à Dublin — voila pourquoi on les qualifie de "dublinés". Selon La Cimade, en 2016, 18 000 demandeurs d’asile adultes dublinés ont été enregistrés, soit un primo-demandeur sur quatre.

Le quotidien local Var Matin a pu titrer dans son édition de lundi 15 mai : « Près de 700 habitants massés autour de leur maire s’opposent à l’arrivée de migrants à La Londe. »

[Première mise en ligne le 10 mai, mise à jour le 15]
L’Hôtel F1 de La Londe Les Maures

Le 28 septembre 2016, le ministère de l’intérieur publiait au Bulletin officiel d’annonce des marchés publics « un appel d’offres pour la création de 5 351 places d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile dans le cadre d’un nouveau dispositif : le Programme d’Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile (PRAHDA), selon le cabinet du ministre, doit permettre « de répondre à un besoin urgent de places d’hébergement » :

Appel d’offres pour la création de nouvelles places d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile dans le cadre du PRAHDA [1]

Afin de répondre à l’augmentation du flux de la demande d’asile et à l’évolution de la typologie des personnes qui s’inscrivent dans une démarche de demande d’asile, le Gouvernement a décidé d’engager, dans le cadre de deux appels d’offres nationaux, la création de 10 000 nouvelles places d’hébergement d’urgence, pour moitié destinées à accueillir des personnes relevant de l’asile et pour moitié dans le cadre du dispositif d’hébergement généraliste.

Le ministère de l’intérieur (Direction générale des étrangers en France) vient ainsi de publier au Bulletin officiel d’annonce des marchés publics un appel d’offres pour la création de 5 351 places d’hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile dans le cadre d’un nouveau dispositif : le Programme d’Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile (PRAHDA). [...]

L’objectif de ce dispositif est à la fois d’assurer l’accueil d’un plus grand nombre de demandeurs d’asile mais également d’offrir un hébergement et un accompagnement aux personnes de nationalité étrangère s’orientant vers la procédure d’asile. [...]

Le 26 septembre 2016

On pourrait voir ce nouveau programme comme une simple variante des CAO, ces centres d’accueil et d’orientation qui hébergent les évacués de la « jungle » de Calais le temps qu’ils finalisent leur demande d’asile. Pourtant, ce n’est pas tout à fait ça. Le PRAHDA est destiné à la « préparation du transfert des personnes sous procédure Dublin » et au « suivi des personnes assignées à résidence dans ce cadre ». Le document technique mentionne en effet clairement qu’avec le Prahda « les personnes placées sous procédure Dublin pourront être maintenues dans le lieu d’hébergement le temps nécessaire à la mise en œuvre effective de leur transfert vers l’Etat responsable de l’examen de leur demande d’asile » [2].

Une soixantaine de centres PRAHDA sont prévus en France — un seul dans le département du Var à La Londe les Maures. Suite à un accord passé avec le groupe Accor, le groupe Adoma (ex-Sonacotra) spécialisé dans la gestion du logement social vient d’acquérir plusieurs dizaines d’hôtels F1 (ex Formule1). [3].

________________________________

Le maire de La Londe-les-Maures refuse et convoque le conseil municipal.

François de Canson (LR) réunit le conseil, samedi 13 mai, pour évoquer la question des demandeurs d’asile. A l’issue de cette séance extraordinaire, une prise de parole est prévue sur le parvis de la mairie de la commune (10.200 habitants).

François de Canson refuse la création d’un centre pour demandeurs d’asile en lieu et place de l’hôtel F1 de la commune, décidée sans concertation, à la suite d’un accord commercial entre le groupe Accor et le groupe Adoma, spécialisé dans l’accueil social.
L’ouverture du centre est prévue le 2 septembre 2017, pour une capacité de 80 à 100 places.

Le maire a eu la confirmation officielle de ce projet mercredi, après des semaines de rumeurs à La Londe. « Je ne suis pas contre l’accueil des migrants, affirme-t-il. S’il s’était agi d’une dizaine de familles avec enfants, tout le monde l’accepterait. Mais faire de cet hôtel un "centre de tri", c’est autre chose. Le site ne s’y prête pas. Et je n’admets pas qu’on m’impose la règle du jeu. » Il va proposer à Adoma de racheter l’hôtel pour y prévoir de la construction de logements pour familles en difficultés.


AccorHotels : l’entrée de Sarkozy au CA validée par les actionnaires

Les actionnaires d’AccorHotels ont approuvé hier, à une très large majorité, l’entrée de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy au conseil d’administration du numéro un européen de l’hôtellerie, AccorHotels.

Réunis en assemblée générale ordinaire à Paris, les actionnaires de ce poids-lourd du CAC 40, ont approuvé à plus de 97 % des voix la nomination de M. Sarkozy comme administrateur indépendant.

Le PDG du groupe a justifié vendredi 5 mai son arrivée en vantant "les relations" qu’il a nouées à travers le monde durant son mandat et sa "capacité de lecture" en matière politique et économique.

AccorHotels exploite 20 marques — Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Ibis, HotelF1 .... — il possède plus de 4 000 hôtels dans 95 pays. Le fonds souverain du Qatar détient environ 10 % du capital du groupe hôtelier. Son bénéfice net progresse de 8,6 % à 265 millions d’euros.


Lire également « La France se prépare à expulser plus de migrants » par Maryline Baumard publié le 8 novembre 2016 dans Le Monde]