Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > la reconnaissance du passé colonial > “l’identité nationale” > la suppression du ministère de l’identité nationale

la suppression du ministère de l’identité nationale

vendredi 19 novembre 2010, par nf

« Le ministère de l’immigration et de l’identité nationale n’est plus, et c’est tant mieux, écrit Eric Fassin. Mais, poursuit-il, le mal est fait » : stigmatisation des étrangers, amalgame entre immigration et délinquance ...

Patrick Buisson

« La stratégie de Patrick Buisson n’a pas marché », aurait lâché Nicolas Sarkozy à des conseillers, lundi 8 novembre, selon le Canard enchaîné. Une référence au politologue et conseiller élyséen associé à l’idée d’offensive sécuritaire et de campagne ancrée à droite. « Quand on gagne 1 point sur le Front national, on en perd 4, notamment au centre », aurait ajouté le chef de l’Etat, toujours selon le Canard.

Quand donc Nicolas Sarkozy se débarrassera-t-il de ce conseiller diabolique [1] qui, selon ses propres termes, « n’a rien faire à [ses] côtés » ?

[Mis en ligne le 16 novembre 2010, mis à jour le 19]


Comment interpréter la suppression du ministère de l’identité nationale

par Eric Fassin [2]


En finir avec le ministère de l’immigration et de l’identité nationale
Une avancée symbolique, mais la xénophobie de gouvernement s’installe au ministère de l’intérieur.

Le ministère de l’immigration et de l’identité nationale n’est plus, et c’est tant mieux. Nous avions, il y a près d’un an, appelé à sa disparition.

De très nombreux syndicats, partis et associations ont alors manifesté leur soutien à notre Appel pour la suppression de ce ministère (on peut en consulter la liste et les déclarations en ligne). En outre, plus de 45.000 personnes ont spontanément transformé cet Appel en une pétition nationale, des comités locaux pour la suppression de ce ministère se sont constitués, et le film Ulysse clandestin s’est fait l’écho de notre initiative. Nous les remercions vivement de leur soutien et de leur engagement.

Toutefois, le mal est déjà fait : après trois ans et demi, les dégâts sont là ; ils sont profonds. La logique enclenchée avec la création de ce ministère n’a fait que s’emballer : après l’encouragement à l’expression xénophobe qu’a offert le prétendu « grand débat » sur l’identité nationale, jusque parmi les membres du gouvernement, la stigmatisation des étrangers qui a culminé avec le discours de Grenoble et son amalgame entre immigration et délinquance atteint de plus en plus, qu’il s’agisse des Roms ou des musulmans, les « Français d’origine étrangère » – catégorie désormais institutionnalisée par la loi Besson.

Avec le ministère, c’est un symbole qui disparaît, et l’on ne peut que s’en réjouir. Néanmoins, si le président de la République renonce à l’intitulé sur lequel il fondait sa campagne électorale en 2007, ce recul symbolique ne marque malheureusement pas la fin d’une logique qui restera à l’œuvre dans le discours comme dans la pratique du gouvernement. En effet, l’immigration relève désormais du seul ministère de l’Intérieur, comme le voulait Nicolas Sarkozy lorsqu’il occupait ce poste. Autrement dit, qu’il s’agisse par exemple des demandeurs d’asile ou des couples binationaux, des visas ou des naturalisations, cette politique est désormais réduite à une question de police. Qu’elle revienne à Brice Hortefeux, sous le coup d’une condamnation judiciaire pour propos racistes, n’est pas moins un symbole.

Il n’est donc pas question pour nous de crier victoire. Du moins la bataille ne se livre-t-elle plus sur le même front. L’immigration n’est pas un problème qui requiert un ministère particulier ; c’est une réalité sociale hétérogène qui relève de traitements politiques et partant de ministères différents, selon qu’il s’agit du travail, de la famille, de l’asile, etc. Il faudra donc demain démanteler le ministère, pour en répartir les dépouilles. En attendant, notre combat continue : nous persistons en appelant partis, syndicats, associations et l’ensemble de la société à refuser la vision policière de l’immigration et à s’opposer à la promulgation de la loi Besson relative à l’immigration et à la nationalité.

16 Novembre 2010

Signataires du communiqué :

Michel Agier, Etienne Balibar, Marie-Claude Blanc-Chaléard,
Luc Boltanski, Eric Fassin, Françoise Héritier, Daniel Kunth, Laurent Mucchielli,
Pap Ndiaye, Gérard Noiriel, Mathieu Potte-Bonneville, Richard Rechtman, Serge Slama, Emmanuel Terray, Tzvetan Todorov, Sophie Wahnich, Patrick Weil.

L’immigration passe sous la coupe de l’Intérieur... [3]

Au-delà des questions de personnes, la mutation du ministère de l’immigration est grave, insiste Patrick Weil, directeur de recherche au CNRS, opposant à sa création : "La réjouissance de la disparition du ministère de l’immigration et de l’identité nationale ne peut être que de courte durée, quand on voit que tout le secteur de l’immigration passe sous la coupe du ministère de l’intérieur. Je pense que c’était un rêve de Nicolas Sarkozy quand il occupait ce poste, de diriger l’ensemble de l’immigration, des visas aux naturalisations, auparavant rattachés aux affaires étrangères ou aux affaires sociales. La politique de l’immigration a besoin d’autres visions que celles de la police et des préfets.", défend ce spécialiste de l’histoire de l’immigration et de la nationalité.

Une vision partagée par l’historien Gérard Noiriel, qui estime qu’"on ne peut pas se réjouir car en trois années d’existence ce ministère a multiplié les mauvais coups, comme l’introduction de la notion de ’Français d’origine étrangère’ ou la stigmatisation des étrangers indésirables même quand ils sont Français".


Virage au sommet

[Le Canard enchaîné, 10 novembre 2010]


Recevant, lundi [8 novembre 2010], des conseillers triés sur le volet, Sarkozy leur a tenu des propos étonnants. Il a commencé par expliquer qu’une nouvelle orientation politique était nécessaire.
Selon lui, « la stratégie de Patrick Buisson n’a pas marché ». Comprendre : l’épisode sécuritaire et le débat sur l’identité nationale et l’immigration n’ont pas porté leurs fruits.
« Quand on gagne 1 point sur le Front national, a-t-il affirmé, on en perd 4, notamment au centre. »
Et Sarko de préciser « la nouvelle donne » :
« La priorité, c’est d’apaiser le pays, de le fédérer sur des valeurs humanistes. Fini, la tentation extrémiste. Ceux qui rêvent de m’imposer une ligne proche de celle du FN n’ont rien à faire à mes côtés. »
Du discours de Grenoble au numéro sur les valeurs humanistes, le tout en quatre mois, punaise, comme on dit dans le Midi, qu’il est difficile à suivre, ce Sarkozy !


[1Patrick Buisson adolescent refusait de rendre hommage aux victimes de l’OAS, maintenant il cultive une version apologétique de l’Algérie coloniale.

Ajoutons que, d’après Maître Eolas, Patrick Buisson, dont le cabinet Publifact était “chargé” des sondages de l’Élysée, fait partie de ces “collaborateurs” de Nicolas Sarkozy qui ont récemment “bénéficié” de l’immunité pénale accordée au chef de l’Etat par la Constitution.

[3« La fin du ministère de l’identité nationale, un leurre ? », LeMonde.fr, 15 novembre 2010