Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > racisme, antisémitisme > Christiane Taubira > le 30 novembre, marchons contre le racisme

appel commun dont la LDH

le 30 novembre, marchons contre le racisme

mercredi 20 novembre 2013

Un communiqué commun du 19 novembre 2013 signé par la LDH appelle à l’organisation partout en France, le 30 novembre 2013, de marches unitaires contre le racisme.

À Toulon : nous marcherons du Parvis des droits de l’Homme (devant la fac de droit) – rendez-vous à 10 h – jusqu’à la préfecture.

À l’étranger : Le Haut-Commissariat des droits de l’homme, une agence de l’ONU, a publiquement condamné, vendredi 15 novembre, les attaques racistes contre Christiane Taubira.

[Mis en ligne le 16 novembre 2013, mis à jour le 20]


Appel commun, dont LDH

Marchons contre le racisme

Appel à manifester le 30 novembre 2013

Un climat nauséabond s’installe dans notre pays. Le garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Christiane Taubira, a subi ces dernières semaines des attaques racistes venues de temps obscurs que l’on croyait révolus. Les déclarations racistes d’une candidate du Front national, les invectives d’enfants, téléguidés par leurs parents, traitant la ministre de la Justice de « guenon », sont une souillure pour la République.

Ces propos attaquent frontalement des millions d’êtres humains originaires d’Afrique, des Caraïbes, des Amériques, de l’Océan indien, citoyens français ou non et dont les aïeux ont été jadis martyrisés du fait de leur couleur de peau. Ils constituent une atteinte violente contre toutes et tous car ils visent au cœur le pacte républicain.

Nous condamnons solennellement cette dérive raciste, de même que les actes et propos qui en ont permis la maturation. Nous n’admettons pas que des millions de personnes soient déniées dans leur humanité et leur citoyenneté, que ce soit en raison de leurs origines, de leur situation sociale, de leur culture, de leur religion... Nous ne supportons pas que des boucs émissaires soient désignés comme les responsables de nos maux et comme des menaces sur notre avenir.

Alors que la France doit affronter les énormes défis liés à la dégradation économique, au chômage et aux inégalités, face à ceux et à celles qui veulent aviver les souffrances sociales, les peurs et les colères, nous nous dressons pour affirmer avec force : la République n’a d’avenir qu’égale, solidaire et fraternelle.

C’est pourquoi nous appelons toutes celles et ceux qui ont à cœur les valeurs de l’humanité, toutes celles et ceux qui veulent opposer l’égalité et la fraternité aux visages hideux du racisme à participer à une marche le 30 novembre 2013 à Paris, dont le rendez-vous est donné à 14h30, place de la République, ainsi que partout en France métropolitaine et dans les Dom Com.

Signataires : (liste à jour le 25 novembre)

Collectifdom - CM 98
Ligue des droits de l’Homme - Licra - Mrap - SOS Racisme
CFDT - CFTC - CGT - FSU - UNSA - Union syndicale Solidaires - UEJF (Union des étudiants Juifs de France) - FIDL - UNEF - UNL - UFAT (Union Française des associations Tziganes) - R=(Respect) - EGAM - FNASAT - Banlieues du Monde - France Terre d’asile - Ni Pute Ni soumise - Collectif des écrivains nègres - Association ultramarine de France - Les amis du PPM en France - Haut Conseil des Maliens de France - Association pour la Promotion de la Langue et de la culture Soninké (APS) - Association culturelle de musulmans de Drancy - Conseil de Coordination des organisations arméniennes - La Maison des potes - Mémorial 98 - Le Syndicat des Avocats de France (SAF) - Le Syndicat de la Magistrature - Les Marianne de la diversité - RESF - Fédération des Mutuelles de France - Mouvement de la paix - Fondation Copernic - SNES - FCPE - CIMADE - SNEP - SNUEP - DAL (Droit au logement) - Ligue de l’enseignement - Le 93 au cœur de la République - Collectif national droits de l’Homme Romeurope - Harkis et droits de l’Homme - Convergence services publics - Fédération initiatives des femmes africaines de France et d’Europe (Fédération Ifafe) - Les sans voix - Paroles de femmes - Union syndicale de la psychiatrie - Collectif national pour les droits des femmes

Paris, le 19 novembre 2013

Communiqué LDH

Le Pen, chantre de l’exclusion nationale

En qualifiant «  d’anti-française  » la garde des Sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira, Jean-Marie Le Pen s’inscrit dans une tradition aussi longue qu’abjecte. L’anti-France, pour l’extrême droite, a toujours été le stigmate de l’altérité, qu’elle soit définie par la couleur, l’allure, les croyances ou les genres.

La France, la République, c’est autre chose ; c’est une construction de liberté, de fraternité et surtout d’égalité. Les propos haineux et ouvertement racistes du président d’honneur du Front national ont le mérite d’établir clairement le programme de ce parti : celui de la haine, de la division et de sa revendication fétiche, l’exclusion nationale.

Tous les républicains, les démocrates, militants associatifs et syndicalistes, toutes celles et ceux qui ont à cœur de protéger l’égalité et la fraternité comme pierres angulaires de notre vivre ensemble auront l’occasion de s’y opposer, en manifestant contre les visages hideux du racisme, ensemble, dans la France entière, le 30 novembre.

Paris, le 18 novembre 2013

L’ONU s’alarme des attaques "racistes" à l’encontre de Taubira

[Le Monde.fr avec AFP, le 15.11.2013]


Le Haut-Commissariat des droits de l’homme, une agence de l’ONU, a publiquement condamné, vendredi 15 novembre, les attaques "racistes" dont a fait objet la ministre de la justice française, Christiane Taubira.

"Nous condamnons les attaques racistes dont fait l’objet depuis plusieurs semaines la ministre de la justice française, Christiane Taubira, et notamment la couverture d’un hebdomadaire d’extrême droite Minute publié mercredi avec la photo de la ministre."

Selon un porte-parole, "l’intention raciste qui se cache derrière ce jeu de mots ne fait aucun doute, et ce malgré les protestations du magazine", qui affirme n’avoir utilisé que deux expressions françaises, "dont la seconde est familièrement utilisée pour décrire une personne en bonne forme".

"ABUS TOTALEMENT INACCEPTABLES"

Le Haut-Commissariat dénonce aussi les autres attaques dont Mme Taubira a été victime ces dernières semaines. Ces "abus totalement inacceptables perpétrés à l’encontre d’une responsable politique connue, en raison de sa couleur de peau, sont une manifestation claire de la montée du racisme, de la xénophobie et de l’intolérance à l’encontre des minorités ethniques ou religieuses et des migrants dans de nombreux pays européens".

L’agence de l’ONU rappelle encore les recommandations adressées à la France par le comité pour l’élimination de la discrimination raciale, qui lui demande d’utiliser tous les moyens possibles pour contrer une vague croissante de racisme et de xénophobie. Le Haut-Commissariat avait déjà condamné en juillet les attaques racistes similaires contre la ministre de l’intégration italienne, Cécile Kyenge.

Quelques semaines plus tôt, Christiane Taubira avait déjà été comparée à une guenon par une candidate Front national aux municipales (exclue depuis par son parti) et par une fillette qui manifestait avec ses parents contre le mariage homosexuel.

Depuis que François Hollande l’a nommée ministre de la justice, la droite en fait sa cible privilégiée. La réforme pénale qu’elle a engagée avec la suppression des peines plancher et l’instauration d’une peine de probation a attiré sur elle les accusations de "laxisme". Le président de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), Jean-François Copé, avait accueilli sa nomination en lançant "quand on vote FN, on a la gauche qui passe [...] et on a Taubira", et un député du même parti avait affirmé que "la composition du gouvernement lui donn[ait] mal à la France".