Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > racisme, antisémitisme > arabes, musulmans, Islam... > le Manifeste des libertés : “l’égalité ne se divise pas”

le Manifeste des libertés : “l’égalité ne se divise pas”

jeudi 6 janvier 2011

Le Manifeste des libertés réagit aux attentats récents dirigés contre des chrétiens en Egypte et en Irak.

Pour l’association, la dénonciation de l’arabophobie et de l’islamophobie que nous voyons grandir, dans nombre de pays occidentaux, ne prend tout son sens que si, en même temps, dans les pays du monde arabe, des voix fortes s’élèvent contre les discriminations et violences que subissent chez eux leurs propres minorités. On ne peut réclamer aux autres l’égalité et la liberté tout en la refusant chez soi à ses propres "autres".

Déclaration du Manifeste des libertés
à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Egypte

Après la série d’attentats en Irak et en Egypte contre des citoyens de confession chrétienne, le Manifeste des libertés tient à exprimer sa solidarité avec toutes les victimes des violences perpétrées par des groupes extrémistes religieusement fanatisés. Nous sommes révoltés contre l’horreur que subit, aujourd’hui, une partie de la population de ces pays, à laquelle on ne donne comme choix que la mort, la survie dans la terreur, ou l’exil.

Mais, au-delà de cette indispensable solidarité, il nous faut tenter de cerner les causes de cette violence qui, loin de s’atténuer, ne cesse de s’exacerber partout dans les pays du monde arabe : en Irak, des groupes extrémistes musulmans terrorisent depuis des années les chrétiens ; en Egypte, la population de confession copte subit des discriminations de toutes sortes ; au Maghreb, les conversions au christianisme sont punies comme des délits. Partout, du Maroc à l’Arabie saoudite, l’intolérance est la règle, et la liberté de conscience inexistante. Et ne parlons pas d’autres pays musulmans non arabes comme le Pakistan, où le blasphème est puni de mort.

Certes, on peut se réfugier derrière le fait que les exactions auxquelles on assiste sont commises par des groupes fanatisés. L’explication serait trop courte. En effet, ce ne sont pas ces groupes qui ont instauré partout une discrimination d’Etat envers les minorités religieuses, dont les membres sont, de fait, considérés comme des dhimmi et non comme les citoyens d’un Etat moderne. Ce ne sont pas ces groupes qui ont fait de l’islam la religion de l’Etat et ont, de fait, introduit des degrés dans l’appartenance nationale. Ce ne sont pas ces groupes qui ont fait de l’islam l’instance ultime de légitimation dans le monde arabe. Non seulement ils ne sont pas à l’origine des discriminations, mais eux-mêmes ont pu se développer et acquérir l’audience qu’ils ont aujourd’hui en raison du contexte propice à l’intolérance instauré par les pouvoirs en place.

Il faut le répéter : depuis bien longtemps, le monde arabe a un problème avec la liberté, et une partie des musulmans un problème avec ceux qu’ils considèrent comme "les autres". Ces derniers ne sont acceptés que dans une posture d’infériorité et se voient dénier toute aspiration à l’égalité. Hélas, depuis des décennies, seuls quelques individus et quelques militants, trop souvent solitaires, ont défendu dans nos pays les principes de liberté absolue de conscience et d’égalité de tous, quels que soient, entre autres, la religion, le sexe, l’orientation sexuelle, et la langue. Les élites politiques, imprégnées d’un "islamo-nationalisme" faisant de l’islam et de l’arabité des critères d’identité intransgressibles, et nombre d’intellectuels qui se sont rangés derrière elles ont brillé, depuis les indépendances, par leur silence devant tous les scandales : ils se sont tus devant toutes les dérives antisémites, devant les massacres de Kurdes dans l’Irak de Saddam Hussein, devant la politique d’extermination menée par le pouvoir soudanais au Darfour.

Il est trop facile actuellement d’afficher sa compassion vis-à-vis des victimes des derniers attentats anti-chrétiens en oubliant que ces violences ne sont pas des accidents et en les attribuant – c’est commode – à la main de l’étranger. Certes, du déni des droits des Palestiniens à l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis et aux destructions qui ont suivi, les citoyens des pays du monde arabe peuvent se sentir, à juste titre, victimes du cynisme des puissants. Mais le mal est plus profond, il vient de loin et s’inscrit dans l’histoire longue de la région. Il serait temps de le reconnaître.

Aujourd’hui, nous voyons avec inquiétude grandir arabophobie et islamophobie dans nombre de pays occidentaux. Mais leur dénonciation ne prend tout son sens que si, en même temps, dans les pays du monde arabe, des voix fortes s’élèvent contre les discriminations et violences que subissent chez eux leurs propres minorités. Le droit ne se divise pas, ni les principes. On ne peut réclamer aux autres l’égalité et la liberté tout en la refusant chez soi à ses propres "autres". Tant que les citoyens, les intellectuels, du monde arabe ne résoudront pas cette contradiction et ne se mobiliseront pas pour donner tout son sens à l’exigence de liberté de conscience, tant qu’ils ne reconnaîtront pas que l’égalité ne se divise pas, ils ne pourront se réclamer légitimement du droit pour eux-mêmes.

Paris, le 5 janvier 2011

Association du Manifeste des libertés
manifeste@manifeste.org
06 81 60 65 43