le maire de Cuers doit être rappelé à l’ordre par l’Etat


article  communiqué de la LDH  de la rubrique libertés > Cuers
date de publication : vendredi 12 septembre 2008


Faire table rase de tout ce qui a été mis en place, en niant le travail mené depuis des années par Orphéon, travail reconnu par les institutions — le Conseil régional, le Conseil général et la DRAC (direction régionale des affaires culturelles)… La politique du maire de Cuers dans le domaine culturel est-elle un règlement de compte ?

[Première mise en ligne le 10 septembre 2008
la lettre d’Orphéon au maire de Cuers a été publiée le 12 septembre]

Communiqué de la section de Toulon de la LDH et de l’

Paris, le 10 septembre 2008

Le maire de Cuers doit être rappelé à l’ordre par l’Etat

Gilbert Perugini, nouveau maire de Cuers, s’est signalé au printemps dernier. Il a interdit dans sa ville un spectacle de rue, puis attaqué une compagnie invitée pour “dégradation de la voie publique, incitation à la désobéissance et atteinte à la République (outrage à drapeau)”, puis tenté de poser des scellés sur la bibliothèque de théâtre Armand-Gatti qui abrite les locaux de la compagnie Orphéon.

Il vient de s’illustrer par un nouvel exploit. Le maire ose écrire : « Etant donné l’absence de réponse de monsieur le procureur de la République suite à la plainte déposée par nos soins, nous vous confirmons notre décision de suspendre jusqu’à nouvel ordre toutes les activités de votre association. » Le courrier a été remis par des policiers municipaux à la présidente de l’association Orphéon le 4 septembre.

Le travail théâtral est réputé dans toute la région PACA, mais aussi par ses pairs (elle a reçu au printemps un prix des Ecrivains associés du théâtre). La décision du maire l’informant de sa décision d’avoir à cesser toute activité aurait notamment pour conséquence la fermeture d’une bibliothèque théâtrale unique, contenant plus de 9 000 volumes.

La section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme et l’Observatoire de la liberté de création demandent solennellement à Madame le ministre de la Culture, et au préfet du Var, d’intervenir auprès de cet élu pour mettre un terme à ces voies de faits, et aux menaces, intolérables dans une démocratie, qu’il fait peser sur cette association.

Ci-dessous la lettre adressée par Orphéon au maire de Cuers, le 10 septembre 2008  :

Cuers, le 10 septembre 2008

à Monsieur Gilbert PERUGINI
Maire de Cuers

OBJET : Réponse à votre courrier du 4-09-2008

Monsieur le Maire,

suite à votre courrier du 4 septembre 2008, nous vous informons que nous contestons la mesure suspensive que vous nous notifiez concernant toutes les activités de notre association.

Une telle résolution, prise sans décision de justice, sans délibération du Conseil Municipal, nous apparaît comme une entrave à l’exercice de nos droits et de notre liberté d’association.

Nous vous rappelons que, selon les termes de la convention signée le 7 février 2008, la ville de Cuers est engagée à mettre à notre disposition "en vue d’une utilisation occasionnelle et prioritaire, la salle de spectacles située dans le complexe culturel L’Abattoir pour toutes les activités en faveur du théâtre et du livre organisées par l’Association ORPHEON".

Les ateliers de création théâtrale dont la reprise est annoncée pour le 11 septembre 2008, la "Fête du Livre de Théâtre" programmée les 11-12 et 13 octobre sont bien des activités inscrites dans cette convention qui, à l’heure actuelle, n’a pas été dénoncée.

En conséquence, nous vous confirmons que nous serons présents dans les locaux, le jeudi 11 septembre de 16h45 à 23h30, pour assurer le service proposé à nos adhérents depuis 25 ans.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments distingués.

Pour ORPHEON
La Présidente
Anne-Marie TROMPETTE

Orphéon - Théâtre intérieur
Bibliothèque de théâtre Armand Gatti

GIF - 12.5 ko
La Une de La Marseillaise du 7 septembre 2008.

Une lettre ouverte du collectif des militants et élus communistes de Cuers  :

Quelle mouche l’a piqué ?

Le comportement du maire et de son « équipe » à l’égard d’ Orphéon se rapproche a s’y méprendre de ce qui s’était passé à Toulon, à Marignane ou à Orange, lorsque ces villes étaient dirigées par des élus du Front National.

Alors, Monsieur le maire, à quand l’autodafé devant l’école Jean Jaurès, avec les livres de la bibliothèque Armand Gatti pour alimenter le foyer ?…

Pourquoi autant de haine ? [ ... ]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP