le pourcentage de musulmans n’a pas augmenté depuis 1905


article de la rubrique discriminations > les musulmans
date de publication : mardi 5 avril 2011


Il y a une quinzaine de jours, le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, déclarait que «  Les Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux. ». Hier, le ministre de l’Intérieur est revenu sur le sujet en affirmant : « en 1905, il y avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions », et il a ajouté que « cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème ».

En réalité Claude Guéant fait erreur : comme nous allons le montrer, en pourcentage de la population totale, il y a plutôt un peu moins de musulmans en France qu’il n’y en avait en 1905. La différence est qu’en 1905 la plupart d’entre eux étaient des “sujets français” et non des citoyens français.

Mais le problème n’est pas là ! Il faut protester contre ce « piétinement du principe de laïcité » auquel nous assistons, et nous demander avec Audrey Pulvar dans sa chronique matinale du jour « jusqu’à quel point une société peut [...] supporter sans s’embraser que [...] ses propres fils soient dressés les uns contre les autres ? ».


Le pourcentage de musulmans en France n’a pas augmenté par rapport à 1905

Le recensement du 5 mars 1906 donne pour la population de la France métropolitaine 39 337 235 habitants [1].

Mais, à l’époque, l’Algérie c’était la France – elle était constituée de trois départements français : Alger, Oran et Constantine. Pour obtenir la population totale de la France, il faut donc ajouter à la population de la France métropolitaine celle de l’Algérie, soit, d’après le recensement de 1906 : 5 158 051 habitants dont 4 477 788 indigènes musulmans – 4 447 149 étaient “sujets français”, les quelques 30 000 autres étant de nationalité marocaine ou tunisienne [2]. Remarquez que, par différence, il n’y avait en 1906 en Algérie que 680 263 personnes classées “européens” ou israélites.

En négligeant le nombre de musulmans vivant en métropole, on arrive donc, pour 1906, à 4,47 millions de musulmans sur une population totale (France métropolitaine + Algérie) de 44,5 millions d’habitants. Ce qui correspond à une proportion de 10 % de musulmans dans la population de la France en 1906.

Aujourd’hui, on estime généralement que le nombre de musulmans en France se situe entre 5 et 6 millions [3], dans une population totale de 63,1 millions pour la France métropolitaine [4] – ce qui donne une fourchette de 8 à 9,5 % de la population [5].

Certes il se trouve plus de musulmans aujourd’hui en France métropolitaine qu’il y en avait en 1905, mais leur pourcentage dans la population n’a pas augmenté. La différence avec 1905 réside dans le fait qu’ils sont aujourd’hui pour la plupart citoyens français et non plus "sujets". Là, il y a un progression, plus exactement un progrès – du point de vue des droits de l’homme.

Les “guéanteries” contre la République doivent cesser

[La Croix, le 4 avril 2011 19:33]

Harlem Désir, numéro deux du PS, a dénoncé lundi les "guéanteries contre la République" après les dernières déclarations du ministre de l’Intérieur Claude Guéant sur les musulmans, qui est, selon lui, dans "une surenchère xénophobe" et un "tête-à-tête malsain avec Marine Le Pen".

M. Guéant a indiqué lundi à Nantes que le gouvernement annoncerait "peut-être la semaine prochaine" des décisions sur la laïcité, en les justifiant par l’augmentation du nombre de musulmans en France depuis 1905 et la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat.

"C’est vrai que l’accroissement du nombre des fidèles de cette religion, un certain nombre de comportements, posent problème", a dit le ministre.

"Enfermé dans un tête-à-tête malsain avec Marine Le Pen, M. Guéant est dans une surenchère xénophobe qui nuit à la République. Ce qui pose problème en France actuellement, ce n’est pas le nombre de musulmans, c’est l’accroissement du nombre d’irresponsables à l’UMP qui par leurs dérapages attaquent quotidiennement les principes de la République", écrit dans un communiqué M. Désir.

"Avec ses dérapages à répétition, le ministre de l’Intérieur est en train d’inventer les « guéanteries » : il doit cesser ces provocations à répétition jamais sanctionnées par le président de la République", poursuit-il.

"M. Guéant n’insulte pas seulement les musulmans, il piétine le principe de laïcité en stigmatisant un culte au lieu de respecter la neutralité de l’Etat à l’égard des religions. C’est une tartufferie d’entendre M. Guéant prétendre défendre la loi de 1905 alors que le président de la République et la majorité n’ont eu de cesse de la mettre en cause", fait valoir M. Désir.

Questions et nombre par Audrey Pulvar

[France Inter, mardi 5 avril 2011 de 6h13 à 6h15]

En France, nous avons donc un problème, posé par le nombre estimé de musulmans, en hausse par rapport à 1905. Le problème c’est quand ils sont trop nombreux. C’est Claude Guéant, notre ministre intègre, ex-conseiller vertueux de Nicolas Sarkozy, qui nous sert cette tambouille.

Evoquant la question des prières de rues, il déclarait hier : « En 1905, il y a avait très peu de musulmans en France, aujourd’hui il y en a entre 5 et 6 millions ». Ajoutant, « cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème ».

Après nous avoir expliqué, quelques jours plus tôt, que les Français ne se sentaient plus chez eux. Mais quels Français ? Les Français musulmans se sentent-ils encore chez eux, en France ? Ont-ils droit à la même place au soleil que les autres Français ? Et les étrangers de confession musulmane, vivant en France ont-ils la sensation d’être dans un pays qui promeut la liberté de pratiquer le culte de son choix, l’égalité entre membres d’une même société, et la fraternité, dont peut témoigner une mère de famille quand elle consacre une demi-journée à accompagner la classe de son enfant, pour une sortie extra-scolaire, bientôt interdit aux mères portant le voile ? Un simple foulard sur la tête.

Les Français, musulmans, sont-ils, aux yeux de Claude Guéant, d’abord des Français ou d’abord des musulmans ? Ces 10% de la population sont-ils Français à part entière ou entièrement à part comme le déplorent souvent les associations antiracistes ? Et surtout, ces millions de Français votent-ils ?

Jusqu’à quel point une société peut-elle supporter sans s’embraser qu’en son sein, ses propres fils soient dressés les uns contre les autres ?

© Audrey Pulvar


P.-S.

  • Lire dans son blog l’article où Alain Gresh tente de répondre à la question « Comment Guéant sait-il qu’il existe entre 5 et 10 millions de musulmans ? »

    A-t-il fait une étude des prénoms qui transforment automatiquement tout Mohammed ou Fatma en un ou une musulmane ? Comme tout David ou Sarah serait un ou une juive ? Cette assignation à une identité (qui fait dire à un ami « musulman » n’ayant aucun rapport avec la religion qu’il se définit comme « musulman athée ») rappelle de plus en plus l’antisémitisme des années 1930.
  • Les évaluations précédentes ne tiennent aucun compte de la croyance réelle dans l’Islam et encore moins de la pratique. Les musulmans pratiquants seraient en réalité deux fois voire trois fois moins nombreux selon la dernière enquête de l’INED. Lire l’interview de Patrick Simon (INED) sur le site Saphirnews.

Notes

[1] Résultats du recensement du 5 mars 1906 : http://www.persee.fr/web/revues/hom....

[2] Référence : Augustin Bernard, « Le recensement de 1906 en Algérie et en Tunisie », Annales de Géographie, année 1908, volume 17, numéro 91, pp. 24-33 – http://www.persee.fr/web/revues/hom...

[3] Voir : 2010 Report on international religi....
Pour une mise en cause de ce chiffrage du « nombre de musulmans » en France, voir le blog d’Alain Gresh : http://blog.mondediplo.net/2011-04-....

[4] Référence : http://www.insee.fr/fr/themes/table....

[5] Les résultats sont peu différents si on prend en compte les départements d’outre-mer.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP