Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > harkis > les Harkis attendent une reconnaissance et non des médailles

les Harkis attendent une reconnaissance et non des médailles

jeudi 22 septembre 2011, par nf

Le 25 septembre 2001, le président Jacques Chirac a institué le 25 septembre de chaque année comme journée nationale d’hommage aux harkis. À la veille du dixième anniversaire de cette décision, il semble malheureusement que le président Nicolas Sarkozy n’ait toujours pas l’intention d’honorer sa promesse du 31 mars 2007 de « reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l’abandon et le massacre de harkis ».

Après la Ligue des droits de l’Homme, l’association Harkis et droits de l’Homme demande solennellement au président de la République de respecter son engagement.

Hommage officiel de Jacques Chirac aux harkis

France 3 - 19 20 édition nationale - 25 septembre 2001 (1min 35s)



Communiqué de presse

jeudi 22 septembre 2011

Nicolas Sarkozy rendra hommage aux harkis le 25/9/2011 mais persiste à ne pas tenir ses engagements

Alors que le dimanche 25 septembre approche à grands pas, qu’il semble acquis que le président de la République assistera à la cérémonie organisée à Paris, il apparaît que :

  • Nombre de médailles seraient remises à d’anciens harkis par le Président ;
  • Nombre de facilités seraient données pour faire venir à Paris les anciens harkis et leurs familles habitant la Province ( billets de train, mise à disposition de cars, toutes ces informations étant relayées et portées par des associations complaisantes) ;

Tout ce contexte (organisation de transports, remises de médailles,..), n’est pas sans rappeler le bon temps des années 1970-80 où les cars servaient à emmener les harkis voter depuis les camps où ils étaient relégués, où les médailles flattaient et calmaient les ressentiments, où Giscard d’Estaing offraient le pélerinage à la Mecque aux anciens harkis en faisant fi des règles élémentaires de la laïcité dans notre République.

Tout ceci pour quoi ? Alors qu’il semble pour acquis que le président de la République persistera à ne pas tenir son engagement du 31 mars 2007 (reconnaître, s’il était élu, “la responsabilité de la France dans l’abandon et le massacre des harkis en 1962, afin que l’oubli ne les abandonne pas une nouvelle fois”). La République restera indécente et salie, les anciens harkis repartiront avec un maigre lot de consolation ( qui une médaille, qui un voyage à Paris, qui des petits fours) qui n’est destiné qu’à les endormir et à les manipuler.

Cette péripétie n’entamera pas la détermination de tous ceux qui demandent le respect de l’engagement du président.

Fatima Besnaci-Lancou
Présidente de l’association
Harkis et droits de l’Homme


Maison des associations
Boite n°5 - 60 rue St André des Arts - 75006 Paris
06 68 00 61 34