Connaître l’histoire coloniale, combattre les racismes et l’antisémitisme

Accueil > Racisme, antisémitisme et xénophobie > les étrangers > les migrants > accueil des réfugiés : la réponse de la jeunesse brignolaise

accueil des réfugiés : la réponse de la jeunesse brignolaise

vendredi 18 novembre 2016, par françois

Selon la préfecture, 471 migrants dont 215 mineurs qui ont quitté Calais lors du démantèlement de la jungle sont arrivés en région Paca, à la date de jeudi 17 novembre 2016.

Accueil des réfugiés : la réponse de la jeunesse brignolaise

[Var Matin et La Marsellaise, vendredi 18 novembre 2016]


Le Conseil de la vie lycéenne du lycée Raynouard organise depuis hier une collecte de vêtements. L’action se poursuit aujourd’hui. L’initiative est destinée à venir en aide aux réfugiés accueillis ces derniers jours dans la commune voisine de Tourves, une cinquantaine de mineurs venus d’Erythrée via Calais.

Ces élèves du lycée Raynouard n’ont pas tergiversé : une cinquantaine d’Erythréen, des jeunes ayant sensiblement le même âge qu’eux, sont arrivés « sans rien » il y a quelques jours près de chez eux, dans la commune voisine de Tourves. Des réfugiés mineurs, qui ont fui l’enfer de leur pays en guerre, qui sont passés par celui de Calais, avant d’être hébergés, dans la foulée du démantèlement de la jungle, dans le centre de vacances de la CCAS du village varois.

Et ils y resteront au moins le temps d’éclaircir leur situation administrative. Or l’hiver et là, aussi le geste s’est-il immédiatement imposé : le Conseil de la vie lycéenne (CVL) a organisé, dès ce jeudi, une collecte de vêtements et chaussures en leur faveur. Initiative qui se poursuit aujourd’hui (les dons sont recueillis dans le hall), mais qui a d’ores-et-déjà particulièrement bien fonctionné. « Nous avons déjà rempli une quinzaine de sacs, des sweats, des pulls, des vestes, des chaussettes, des chaussures... même des gens qui n’ont pas d’enfants au lycée sont venus donner », raconte Matthew Marion, élève de première et membre élu du CVL.

La démonstration d’un engagement des lycéens

« Un véritable élan de solidarité » selon lui. En témoigne « le sourire des élèves » venus apporter leur dons. Lui retient « une démarche fraternelle » dans laquelle se sont également inscrits les adultes de l’établissement. Cette collecte n’aurait évidemment pu être mise en place sans l’aval du proviseur, lequel est en outre statutairement président de ce CVL qui compte dix membres lycéens élus. Professeurs et personnels y sont également représentés, même si c’est à titre consultatif.

Reste qu’il s’agit là d’une « belle démonstration de l’engagement de la jeunesse » se félicite Matthew Marion. Ce qui ne peut que faire souffler un vent d’optimisme dans une atmosphère bien inquiétante mise en lumière par la question de l’accueil des réfugiés. En l’occurrence après les peu glorieuses manifestations de rejets organisées dernièrement dans le département. Sans compter la pitoyable motion anti-migrants votée par la Région. Des comportements qui n’ont donc manifestement pas vraiment trouvé d’écho dans cet établissement de 1 800 élèves.

Matthew Marion n’occulte pas, pour autant le fait que certains « ne sont pas de notre avis ». Ce, au regard de quelques regrettables commentaires postés sur les réseaux sociaux lorsque l’appel aux dons y a été relayé. A savoir toujours les mêmes arguments sans fondement (« les réfugiés prennent la place des SDF », « ils profitent du système »...) Aussi le jeune membre du CVL commente-t-il : « Notre objectif est de contrer la haine et la xénophobie, nous devons aider ces jeunes. »

Intarissable sur cette «  jeunesse engagée  », le lycéen n’occulte pas qu’« il y a aussi des débats plus ou moins houleux ». « Mais justement, il y a des débats » ajoute-t-il.
Ainsi, fait-il observer : au même titre que des opérations consacrées à des thèmes tels la lutte contre l’homophobie, le harcèlement scolaire (menées l’an dernier au lycée Raynouard et à nouveau en projet cette année scolaire avec aussi, une journée de La jupe dans le cadre de la lutte contre le sexisme), cette nouvelle action solidaire « montre que dans les lycées, il y a des instances qui bougent ».