Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > Racisme, antisémitisme et xénophobie > racisme, antisémitisme > les dérapages d’Éric Zemmour

les dérapages d’Éric Zemmour

mardi 29 septembre 2015

A la suite d’une chronique d’Eric Zemmour appelant implicitement à une politique de purification ethnique, le Conseil Représentatif des Associations Noires de France (CRAN) avait saisi le CSA et demandé à RTL de congédier le polémiste.
Zemmour a bénéficié en première instance d’une relaxe ; mais le parquet a fait appel en septembre 2015.

[Mis en ligne le 8 mai 2014, mis à jour le 29 septembre 2015]



Le parquet fait appel de la relaxe d’Éric Zemmour pour provocation à la haine

Le Point, le 25 septembre 2015


Le parquet de Paris fait appel de la relaxe du polémiste Éric Zemmour, poursuivi pour provocation à la haine raciale en raison d’une chronique sur RTL dans laquelle il avait évoqué des "bandes" d’étrangers "qui dévalisent, violentent ou dépouillent, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Le 6 mai 2014, M. Zemmour, également poursuivi pour "diffamation raciale", avait déclaré : "Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacés par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent." Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé mardi Éric Zemmour, estimant que les communautés visées par M. Zemmour ne l’étaient pas dans leur ensemble.

Lors de l’audience le 24 juin, le parquet avait requis contre lui une amende de 5 000 euros et 3 000 euros d’amende avec sursis à l’encontre de RTL, poursuivie pour avoir diffusé la chronique de M. Zemmour sur son site internet. Cette chronique avait valu à RTL une ferme mise en garde du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Éric Zemmour avait été condamné en 2011 pour avoir déclaré à la télévision que "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait".

Communiqué du CRAN [1]

Le CRAN saisit le CSA et demande à RTL de congédier (enfin) Eric Zemmour, après une chronique appelant implicitement à une politique de purification ethnique.

Le 7 mai 2014

Eric Zemmour n’en est certes pas à son premier dérapage, mais il vient de franchir une ligne jaune. Lors de sa chronique du 6 mai sur RTL (http://www.rtl.fr/video/emission/la-chronique-d-eric-zemmour), il a débité une tirade digne des pires pamphlétaires des années 1930. Selon lui,

« seules les sociétés homogènes comme le Japon, ayant refusé de longue date l’immigration de masse, et protégées par des barrières naturelles, si elles n’ignorent nullement les trafics de mafia, échappent à cette violence de la rue. Notre territoire, privé de la protection de ses anciennes frontières, renoue dans les villes, mais aussi dans les campagnes, avec les grandes razzias, les pillages d’autrefois, les Normands, les Huns, les Arabes. Les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacées par des bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains, qui dévalisent, violentent ou dépouillent. Une population française sidérée et prostrée crie sa fureur, mais celle-ci se perd dans le vide intersidéral des statistiques. »

Le CRAN est absolument stupéfait par la violence de ce délire xénophobe, qui plonge dans une vision hallucinée et pathologique du monde. A entendre Eric Zemmour, on croirait la France d’aujourd’hui plongée dans une sorte de cauchemar médiéval, dévastée par des hordes d’étrangers, nécessairement voleurs et criminels, dans un climat d’apocalypse généralisée.

Depuis des années, Eric Zemmour ne cesse de pratiquer l’amalgame entre étrangers et délinquance. A cet égard, le CRAN précise que les 60 à 80 milliards d’euros de fraude fiscale qui ont été volés à la France en 2013 ne sont sans doute pas le fait des Roms. Que les milliers de personnes empoisonnées ces dernières années par l’amiante, par le médiator ou par le chlordécone aux Antilles n’ont probablement pas été victimes des Maghrébins et des Africains en bandes organisées.

Mais cette fois-ci, le polémiste est allé plus loin. « J’invite RTL à mesurer la gravité des propos de Zemmour qui, en faisant ainsi l’éloge des sociétés prétendument « homogènes », appelle implicitement à une politique de purification ethnique, a déclaré Louis-Georges Tin. Cette violence paraît d’autant plus hallucinante que si celle-ci était mise en place, il pourrait bien faire partie des premiers convois, étant juif et d’origine algérienne », a conclu le président du CRAN.

En 2011, après sa condamnation pour provocation à la discrimination raciale, il avait été écarté de France 2, et une porte-parole de RTL avait déclaré : « Nous regrettons les propos d’Eric Zemmour. Ses interventions matinales sont encadrées et supervisées chaque matin par la rédaction. Nous lui avons demandé de veiller au respect des valeurs humanistes (sic) de la station ».

Aujourd’hui, le CRAN se demande si vraiment ces propos ont été supervisés, et s’ils correspondent à l’idée qu’on se fait des « valeurs humanistes » à RTL. Le CRAN demande donc qu’Eric Zemmour qui a déjà été averti maintes fois soit définitivement exclu de la chaîne. Le CRAN entend saisir dès ce jour le CSA, en demandant que la station soit mise en demeure.

Enfin, le CRAN demande aux politiques en général, et à Aurélie Philippetti en particulier, en sa qualité de ministre de la culture et de la communication, de condamner avec force les propos de ce multirécidiviste, qui constitue un véritable danger public.