Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > racisme, antisémitisme > la responsabilité des politiques > les races n’existent que dans la tête des racistes

les races n’existent que dans la tête des racistes

samedi 28 mai 2016

Etre raciste, c’est croire qu’il existe différentes races et que certaines sont supérieures aux autres. En fait, les races n’existent que chez les animaux [1]. On ne doit pas parler de différentes races humaines mais d’un seul genre humain.

Malgré tout, des personnes affirment le contraire pour justifier une domination ou des persécutions envers certains groupes de personnes, distinguées par leur apparence physique, leurs habitudes, leurs idées, leur religion...

Le racisme est vieux comme le monde et il s’est manifesté sur tous les continents. Ci-dessous un spot publicitaire chinois présente une lessive comme capable de transformer un Noir en Asiatique...

_________________________

Il faut relire l’entretien avec Didier Fassin, publié dans Télérama, le 24 novembre 2008. En voici un extrait :

« La difficulté tient à ce que, d’une part, la race n’existe pas en tant que réalité physique ou génétique ou anthropologique (plus d’un demi-siècle de travaux scientifiques l’a établi) et que, d’autre part, la race existe pourtant comme réalité sociale par le simple fait que des personnes ou même des sociétés tout entières peuvent penser et agir comme si elle leur permettait de différencier, voire de stigmatiser et d’exclure, des individus ou des groupes humains (c’est le principe de la discrimination raciale dont la forme extrême peut conduire à la ségrégation ou à l’extermination). Ayant codirigé un livre qui s’intitule De la question sociale à la question raciale ?, je récuse évidemment la race comme fait naturel, ou culturel, mais je dois bien la reconnaître comme une construction mentale qui fait que l’on traite différemment des personnes en fonction de leur couleur de peau, de leur mode de vie, de leur religion même. »



[1Lire l’article d’André Langaney.