Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > l’Algérie > la torture > mort du général Paul Aussaresses

mort du général Paul Aussaresses

vendredi 6 décembre 2013

Le nom de Paul Aussaresses, dont la mort, à 95 ans, a été annoncée, mercredi 4 décembre, restera pour toujours lié à la reconnaissance du recours à la torture par l’armée française au cours de la guerre d’Algérie : voir cette page,
ainsi que la vidéo ci-dessous.

[Mis en ligne le 4 décembre 2013, complété le 6]


Invité du 20 heures de France 2 le 23 novembre 2000, le général Paul Aussaresses reconnaissait avoir procédé à des exécutions sommaires, même s’il niait toujours avoir torturé, contrairement à ce qu’il avait affirmé au Monde : il avait avoué « sans regrets ni remords » avoir torturé pendant la guerre d’Algérie, dans un entretien en 2000.

A la question « avez-vous participé à des exécutions sommaires ? », Aussaresses répondait : « Oui. J’en ai exécuté 24. (…) Je n’ai procédé à de tels actes que dans le cas d’individus qui étaient reconnus comme ayant participé à des actes de terrorisme. (…) Nous n’avions pas le choix. Il y avait dans la bataille d’Alger un nombre très considérable d’actes de terrorisme. »


Louizette Ighilahriz : « Il n’avait jamais rien regretté »

[M’hamed Houaoura, El Watan, le 5 décembre 2013]


Louisette Ighilahriz [1], qui a subi des tortures durant la guerre de Libération nationale, réagit à la mort d’Aussaresses en retenant que ce dernier n’a jamais exprimé aucun regret quant à son passé de tortionnaire.

« Nous avons toujours attendu que quelqu’un reconnaisse la pratique de la torture et les crimes commis par ces individus en Algérie, en vain », nous dit-elle. « Aussaresses est mort en ne regrettant jamais ce qu’il avait fait subir aux très nombreux Algériennes et Algériens ; Bigeard est mort aussi sans reconnaître les tortures » enchaîne-t-elle. « Aussaresses reconnaît sans regret et Bigeard nie totalement les méfaits du colonialisme. Entre ces deux-là, il y a toujours le pire. Le seul général français qui avait courageusement reconnu la torture est M. de Bollardière, voyez ce qui s’est passé ensuite, il a payé chèrement son courage », conclut-elle.