Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > les étrangers > politique du chiffre : c’est là que l’humanité commence à reculer

politique du chiffre : c’est là que l’humanité commence à reculer

lundi 26 septembre 2011

Le 21 septembre dernier, Arno Klarsfeld, nouveau président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), a qualifié l’Ofii de « bonne fée des migrants », faisant mine d’ignorer que le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a demandé récemment à l’office d’augmenter le nombre de “retours aidés” des sans-papiers dans leur pays afin de parvenir à un objectif de 30 000 reconduites à la frontière. Comme le rappelle France terre d’asile, l’Ofii est un « opérateur du ministère de l’Intérieur, une administration de gestion des flux migratoires qui est mise aujourd’hui à contribution pour une politique de combat au service d’une stratégie électorale [1] ».

Arno Klarsfeld au Sénat en 2006, pour la présentation du deuxième projet de loi sur l’immigration du ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. (PHOTOPQR/« Le Parisien »/Olivier Corsan)

Immigration : Arno Klarsfeld défend la politique du chiffre de Guéant

[Libération, 21 septembre 2011 (Source AFP)]


Le nouveau président de l’Office de l’immigration a estimé que les étrangers reconduits comme les Roms vont « vers un pays où ils sont moins heureux qu’en France » mais pas vers une « destination fatale ».

Le nouveau président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), Arno Klarsfeld, a défendu mercredi la politique du chiffre de Claude Guéant qui entend éloigner 30.000 étrangers en 2011, s’attirant les foudres des associations.

« S’il n’y a pas de politique du chiffre, c’est-à-dire s’il n’y a pas d’aiguillon sur les préfets, alors les préfets ne font pas ce travail de renvoyer, non pas vers la mort, non pas vers Auschwitz ou vers une situation... », a lâché Arno Klarsfeld sur France Inter. « S’il n’y a pas d’aiguillon sur les préfets, c’est-à-dire si les préfets ne sont pas, disons, entre guillemets, emmerdés administrativement par leur hiérarchie, alors ils ne font pas le travail parce que c’est un travail qui est difficile, emmerdant, qui suscite des tracas administratifs, qui nécessite de recevoir les associations, ils se font mal voir », a-t-il insisté.

Selon Klarsfeld, les étrangers reconduits comme les Roms ne vont pas vers une « destination fatale ». « Les Roms qui sont renvoyés, disons en Roumanie, vont vers un pays où ils sont moins heureux qu’en France, mais c’est pas pour autant qu’ils peuvent rester en France ».

« Le ridicule »

Invité à répondre à ces propos par France Inter, le président de la LDH, Pierre Tartakowsky, a dénoncé « une légèreté, une désinvolture qui n’honorent pas la République ». « On ne peut pas attendre d’Arno Klarsfeld qu’il critique la politique du gouvernement. De là à tenir des propos aussi désinvoltes, aussi irresponsables sur la politique du chiffre, c’est proprement hallucinant », a-t-il dit.

« Je ne crois pas que la politique du chiffre soit là pour emmerder les préfets mais elle est là pour habiller l’horreur » car « une fois qu’on a déterminé le chiffre, c’est là que l’humanité commence à reculer », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, France Terre d’Asile (FTA) souhaite qu’Arno Klarsfeld « travaille et potasse quelques fiches sur la situation des pays d’origine vers lesquels sont renvoyés des étrangers (Afghanistan, Soudan, Kosovo et RDCongo) ». « Arno Klarsfeld explique que ce n’est pas mal de renvoyer les étrangers en situation irrégulière, car la France ne les renvoie pas vers Auschwitz. Chacun appréciera le ridicule de l’argument », ajoute l’association.

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a demandé à l’Ofii d’augmenter le nombre de retours aidés des sans-papiers dans leur pays afin de parvenir à son objectif de 30 000 reconduites à la frontière.


[1Cf le communiqué de presse de France terre d’asile du 21 septembre 2011 : http://www.france-terre-asile.org/c....