[Retour au format normal.]

un enfant sans-papier dans le coma après avoir cherché à fuir la police

article mis en ligne le vendredi 10 août 2007

Un enfant russe de 12 ans de parents sans papiers a été hospitalisé dans un état grave après une chute accidentelle du quatrième étage d’un immeuble à Amiens, jeudi 9 août. Il voulait fuir avec son père la police qui s’apprêtait à les interpeller. L’enfant est dans le coma, et son pronostic vital « est engagé », selon le procureur d’Amiens.


Communiqué de la LDH

La vie d’un enfant vaut-elle une expulsion ?

L’intervention des forces de l’ordre au domicile d’une famille [russe], dont la demande d’asile a été rejetée, a provoqué une réaction de peur d’un enfant de 12 ans qui s’est jeté dans le vide.

Il est actuellement dans le coma.

La politique menée par l’actuel, comme par le précédent, gouvernement ne cesse de provoquer des drames humains sans pour autant résoudre ce contre quoi elle prétend lutter.

Au-delà de toute démarche politique, nos gouvernements semblent avoir oublié jusqu’aux principes éthiques les plus élémentaires.

La LDH dénonce et condamne cette attitude, indigne d’un pays qui se prétend respectueux des droits de l’Homme.

Paris, le 9 août 2007.

Un enfant sans papiers fuit la police et chute du 4e étage

RESF s’alarme de « l’accélération » des procédures d’expulsion de parents d’élèves.

par Karl Laske, Libération, le 10 août 2007

Un enfant russe sans papiers âgé de 12 ans se trouvait entre la vie et la mort hier soir après avoir chuté du 4e étage de son domicile, à Amiens. Il avait cherché à fuir la police venue arrêter sa famille.

Il est tombé en essayant de suivre son père qui s’enfuyait par les balcons et a été transporté dans le coma à l’hôpital de la ville. « On pense que son pronostic vital est engagé », a déclaré hier soir le procureur d’Amiens.

Arrivés en France en 2003, le père, 33 ans, et sa femme, 29 ans, avaient épuisé leurs voies de recours après avoir fait une demande d’asile politique. Ils avaient laissé sans réponse la dernière convocation de la police. Selon le procureur d’Amiens, les policiers n’avaient pas pénétré dans l’appartement au moment des faits, mais s’apprêtaient à le faire grâce à un serrurier.

Une enquête a été confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Dans la soirée, Sarkozy et Fillon ont promis de « faire toute la lumière ».

Domiciles. Depuis lundi, le Réseau éducation sans frontières (RESF) signalait « l’accélération », la « radicalisation » des procédures d’expulsion de parents d’élèves sans papiers. « Ce drame pose le problème de la multiplication des interpellations au domicile des personnes sans papiers, a estimé Damien Nantes, de la Cimade, lors d’un rassemblement de RESF hier à Paris. Pendant très longtemps ce type d’arrestations était exceptionnel. Aujourd’hui on a le sentiment qu’il y a une volonté d’aller chercher les sans-papiers, sans même attendre la fin de l’examen de leur situation administrative par la justice. »

Réagissant dans la matinée aux communiqués de RESF sur l’accélération soudaine de « la chasse » aux sans-papiers, Brice Hortefeux, ministre de l’Immigration, de l’Intégration et de l’Identité nationale, avait indiqué dans la matinée qu’il n’y avait « pas de particularisme pour le mois d’août ». « Il y a une politique qui n’est pas en fonction des mois, des climats, du gré des uns et des autres », a-t-il déclaré. Dans l’après-midi, Brice Hortefeux a fait savoir qu’il avait demandé au directeur de la police nationale que « toute la lumière soit faite » sur les circonstances de l’accident d’Amiens. De son côté, la Ligue des droits de l’homme a déploré les « drames humains » sans cesse provoqués par la politique du gouvernement. « Au-delà de toute démarche politique, nos gouvernements semblent avoir oublié jusqu’aux principes éthiques les plus élémentaires », a dénoncé la LDH.

Très structuré autour des établissements scolaires parisiens, RESF s’est inquiété dès lundi des arrestations, gardes à vue et placements en rétention de plusieurs parents des écoles maternelles Bullet, Rampal et Saint-Ange, et des écoles élémentaires Belleville, Ourcq et Bessière. « On compte seize parents en rétention dont quatorze à Paris, annonçait, hier, Brigitte Wieser de RESF, lors d’un rassemblement place de l’Hôtel de Ville. Certains ont été arrêtés en sortant du travail. Les interpellations ont lieu dehors, partout. La préfecture a visiblement choisi de passer à la vitesse supérieure. Ils profitent bien évidemment de l’été : c’est sûr que les écoles seraient en grève en ce moment. » Selon une militante, la police a même effectué mercredi matin, des contrôles d’identité dans les chambres de bonne d’un immeuble du XVIe arrondissement.

Sur « l’état des lieux » établi par l’association, on mesure l’ancienneté de résidence en France des parents interpellés : M. D. « en France depuis neuf ans », M. Z. « depuis huit ans »… M. B. « Sri Lankais, vit en France depuis dix-huit ans, sa femme depuis neuf ans. Toute sa famille est réfugiée politique. On lui a pourtant refusé l’asile », note RESF. Dans certains cas, militants ou amis s’organisent pour accueillir les sans-papiers dans un lieu discret. « Ils peuvent être arrêtés à tout moment, explique un militant en parlant du cas d’une famille menacée. Ils sont chez quelqu’un d’autre, obligés de vivre cachés. » Ce type d’action est « compartimenté ». « Je ne suis pas en contact direct avec eux », précise-t-il.

Cette crainte d’interpellations au domicile s’explique par l’inscription, l’an dernier, de nombreuses familles, dans le processus de régularisation de la circulaire du 13 juin 2006. « Cette circulaire a incité beaucoup de gens à faire des demandes, commente Damien Nantes. Ils se sont fatalement signalés. Ils sont forcément fichés par les préfectures, qui ont leurs adresses. ». A Paris, sur les 9 248 dossiers déposés, 1 606 régularisations ont officiellement été accordées en septembre 2006. «  On a le sentiment qu’une sorte de quota a été fixé, poursuit Damien Nantes. Des gens qui remplissaient les conditions de la circulaire n’ont pas été régularisés. »« Les familles ont donné tellement de renseignements à la préfecture que ça les a rendus vulnérables, explique Brigitte Wieser. Ça a créé la peur. »

« Rafles ».  Selon la Cimade, les « objectifs chiffrés » d’expulsion (25 000 en 2007), comme le doublement des places en centres de rétention fin 2006 (passées de 700 à 1 600 places), n’ont pas été sans effet.

« Vous avez désormais des contrôles massifs et systématiques de certains lieux qui évoquent des rafles, ainsi que des réquisitions des procureurs sur des quartiers entiers », analyse Damien Nantes.

La Cimade a également dénoncé des cas de « violences graves » lors de l’embarquement de deux Algériens. L’un à Orly, jeudi 2 août. L’autre à Roissy, le vendredi 3 août. « Tous deux ont été victimes, lors de l’embarquement et loin de tout regard extérieur, d’actes de violence particulièrement choquants et démesurés de la part des agents de la police de l’air et des frontières », dénonce la Cimade. Les deux hommes « portaient des ecchymoses un peu partout ». L’un d’eux a finalement été expulsé par bateau.

Par ailleurs, à Lille, la situation des sans-papiers en grève de la faim ne cesse de se détériorer. « Sur les 120 personnes expulsées de la Bourse du travail, le 1er août, seuls 15 restent en rétention, a résumé hier leur porte-parole. Ceux qui avaient été transférés à Toulouse, Rennes ou Bordeaux ont pour la plupart été libérés. Mais nous avons 65 personnes qui continuent leur grève de la faim, devant les hôpitaux de Lille et Roubaix. »

Karl Laske


[http://ldh-toulon.net/un-enfant-sans-papier-dans-le-coma.html] sur le site de la LDH de Toulon