[Retour au format normal.]

la LDH appelle à participer aux manifestations du 1er mai 2009

article mis en ligne le jeudi 30 avril 2009

La Ligue des droits de l’Homme appelle les Varois à répondre à l’appel de l’intersyndicale CGT, CFDT, CFTC, FSU, UNSA, CGC et Solidaires, en se joignant à l’une des manifestations organisées dans le département :

  • Toulon : 10h, place de la Liberté,
  • Draguignan : 10h30, devant la sous-préfecture,
  • Saint-Raphaël : 10h30, square de Provence,
  • Brignoles : 10h, place des Cars,
  • Salernes : 10h30, place Gabril Péri.

Communiqué de la LDH

Paris, le 30 avril 2009

La LDH appelle à participer aux manifestations intersyndicales du 1er mai

A l’appel de toutes les organisations syndicales, les manifestations unitaires du premier mai 2009 permettront aux salariés, et plus largement aux citoyens de montrer qu’ils restent fortement mobilisés non seulement contre les effets de la crise financière, mais aussi contre des politiques gouvernementales qui déstructurent toujours un peu plus le droit du travail, les libertés, la protection sociale et les services publics. Contre cette politique au canon dont le président de la République s’est fait le champion, ce qui est à l’ordre du jour est bien la recherche de convergences et la discussion d’alternatives sociales et solidaires.

Les manifestations de colère qui ont traversé les Antilles et la Réunion, les mobilisations multiples et durables que connaissent les champs de l’éducation et de la recherche, la multiplication des appels émanant de travailleurs intellectuels pour le respect de leur éthique professionnelle, dans une société où « vivre ensemble » se décline en termes d’intérêt général, souligne l’ampleur des attentes.

Comme le montre à l’évidence les traitements injustifiables et dégradants auxquels sont soumis dans notre pays les migrants, comme le montre les orientations d’une politique sécuritaire qui resserre toujours plus les mailles de son filet de contrôle, comme le révèle les conditions dans lesquelles vivent les personnes présentes dans les lieux de détention quel que soit leur statut, prison ou centre de rétention administrative, c’est bien une société de surveillance qui se profile à l’horizon.

Pour la LDH, il convient de se saisir de toutes les occasions qui permettent au contraire de promouvoir une société de solidarité. La Ligue des droits de l’Homme appelle ses militants et sympathisants ainsi que tous les citoyens à participer nombreux aux cortèges du 1er mai dans les différentes villes de France, avec leur collectif de lutte et de mobilisation, leur syndicat ou leur association.

Appel du collectif « Non à la politique de la peur » (Extrait [1])

Un premier Mai pour dire non à la casse sociale et au sécuritaire

Arrêtons le massacre !

Ensemble contre la casse sociale et le sécuritaire

Là où nous sommes, nous sommes divers. Chacun de nous a ses engagements, son métier, son éthique de professionnel et de citoyen. Chacun des collectifs, chacune des organisations associatives, syndicales, politiques a ses orientations et ses priorités.

Mais nous sommes confrontés au même rouleau compresseur, à la déconstruction des rapports sociaux, des services publics, des garanties des libertés. Opposer les individus les uns aux autres, exploiter la peur, organiser la surveillance, la délation, l’intimidation, traquer les diffuseurs de solidarité, c’est préparer la « guerre de tous avec tous ». Pour nous, l’Etat sécuritaire n’est pas la solution, mais le problème.

Nous refusons cette destruction du lien social qui attise tous les conflits et qui est porteuse de violences d’Etat comme de violences sociales. Nous refusons le populisme sécuritaire qui désigne des boucs émissaires à la colère des victimes de la « pwofitasyon ». Nous voulons en finir avec ces « contre-réformes » qui, loin de répondre à la crise, en aggravent les effets délétères sur le vivre ensemble. Pour les remplacer par les vraies réformes, urgentes et nécessaires au retour du progrès social et de l’état de droit.

Nous appelons à la construction, face à la crise sociale et aux contre-réformes sécuritaires, d’une société de solidarités, d’égalité et de garanties effectives des libertés individuelles.

Nous en appelons à une conception du Politique qui, au lieu de se nourrir de la fragmentation sociale, place au cœur de l’éthique démocratique la construction de nouvelles solidarités sociales et citoyennes.

Luttons tous ensemble

  • Contre la politique de la peur, contre la nuit sécuritaire.
  • Contre une société de surveillance.
  • Pour la défense de la citoyenneté et des professionnalités.
  • Pour la défense du service public, notamment de l’Hôpital public et du service public de santé.

Imposons un moratoire à la politique gouvernementale

Le 30 avril 2009



[1] Le communiqué est disponible dans son intégralité : http://www.ldh-france.org/Arretons-....


[http://ldh-toulon.net/la-LDH-appelle-a-participer-aux,3265.html] sur le site de la LDH de Toulon