[Retour au format normal.]

l’Education nationale recrute... des équipes mobiles de sécurité

article mis en ligne le lundi 19 octobre 2009

Lundi 5 octobre 2009, Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur, et Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, se sont rendus au lycée Jean Zay d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), afin d’inaugurer la première « équipe mobile de sécurité » (E.M.S.), composée de dix personnes dont cinq « spécialistes » de la sécurité et cinq personnels de l’Education nationale.

La création des E.M.S. avait été annoncée en avril dernier par Nicolas Sarkozy qui voulait « sanctuariser l’école ». Leur mission est double : prévenir la violence en dénouant les tensions et intervenir en cas d’incidents dans un établissement à la demande du proviseur [1]. Les ministres ont précisé que les membres des équipes mobiles de sécurité sont des contractuels de l’Education nationale et non des policiers. Quelque 500 personnes devraient être recrutées d’ici à la fin de l’année par les rectorats pour intégrer les E.M.S.

La mise en place de ces E.M.S. constitue une partie de la contribution du ministère de l’Education nationale au Plan national de prévention de la délinquance et d’aide aux victimes 2010-2012. Elle manifeste une conception purement policière et sécuritaire de l’éducation qui ne peut pas constituer une réponse acceptable à la situation difficile que connaissent certains établissements scolaires.



Mise en place des Équipes mobiles de sécurité (EMS) (2 mn 18 s)
envoyé par AcademiedeCreteil. - L’info video en direct.

Luc Chatel et Brice Hortefeux installent la première équipe mobile de sécurité  [2]

Luc Chatel et Brice Hortefeux ont mis en place la première équipe mobile de sécurité dans l’académie de Créteil au lycée Jean-Zay d’Aulnay-sous-Bois lundi 5 octobre 2009. Cette installation s’est déroulée quelques jours après la formalisation du partenariat pour la sécurisation des établissements scolaires entre le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de l’Intérieur le 23 septembre 2009. Le déploiement d’équipes mobiles de sécurité académiques est une des mesures du plan d’actions commun.

Permettre aux élèves de travailler dans un climat de sérénité est une des conditions de leur réussite. Luc Chatel fait de la lutte contre l’insécurité et la violence à l’École une priorité. Il s’agit de garantir à tous l’accès au savoir et le respect de l’égalité des chances.

Chaque académie va disposer d’une équipe mobile de sécurité, dirigée par un "conseiller sécurité" placé auprès du recteur. Ces équipes pluridisciplinaires de 20 à 50 personnes ont trois missions :

  • informer et prévenir en amont pour réduire les tensions
  • intervenir immédiatement en cas d’incident grave
  • protéger les personnes et les biens par une présence continue

Le déploiement d’équipes mobiles de sécurité au sein des académies fait partie du plan d’action mené conjointement par le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de l’Intérieur. Celui-ci comprend trois axes majeurs :

  • prévenir les situations de violence
  • former les personnels
  • organiser les conditions d’intervention

La mise en place de ces E.M.S. constitue une partie de la contribution du ministère de l’Education nationale au Plan national de prévention de la délinquance 2010-2012

Plan national de prévention de la délinquance et d’aide aux victimes 2010-2012 [3]

Les établissements scolaires

Ainsi que l’a déclaré le Président de la République le 28 mai 2009 au Palais de l’Elysée :

«  La tranquillité des établissements scolaires, quel que soit leur quartier, quel que soit le type d’enseignement, est une condition absolument fondamentale de l’égalité des chances que la République doit garantir. Les établissements scolaires doivent être sanctuarisés, à l’abri de toute forme de violence. C’est une priorité absolue pour les autorités de l’Etat. »

MESURES :

 7 – Sur la base des 1881 diagnostics déjà réalisés, les diagnostics de sécurité seront étendus à l’ensemble des 8 000 établissements publics d’enseignement (EPLE) avant la fin de l’année 2010 (fiche technique jointe en annexe)
 8 – Mettre en place d’ici à la fin 2009 une équipe mobile de sécurité (E.M.S.) par académie ; cette équipe pluridisciplinaire de soutien, de protection et de sécurisation est composée de 20 à 50 personnes susceptibles d’intervenir rapidement auprès des chefs d’établissements, sous la responsabilité de ces derniers (fiche technique jointe en annexe).
 9 – Rendre obligatoire la réalisation des études de sécurité publique prévues à l’article 14 de la loi du 5 mars 2007 lors de la construction de nouveaux établissements scolaires (collèges et lycées).
 10 – Former les personnels de direction, d’éducation et d’inspection, ainsi que les gestionnaires d’établissement, à la gestion de crise et à la sécurité. Le cahier des charges de cette formation est défini conjointement entre l’Ecole supérieure de l’Education nationale (ESEN) et l’Institut national des hautes études de sécurité (INHES) (fiche technique jointe en annexe).
 11 – Achever le déploiement des référents « sécurité » (policiers ou gendarmes) désignés auprès de chaque chef d’établissement (fiche technique jointe en annexe).

Afin d’améliorer l’efficacité des partenariats dans la lutte contre la violence en milieu scolaire, il est rappelé la nécessité d’établir et d’actualiser régulièrement des conventions départementales entre les différents acteurs concernés : préfet, procureur de la République, Inspecteur d’académie, directeur départemental de la sécurité publique ou commandant de groupement de gendarmerie, directeur départemental de la protection judiciaire de la jeunesse et, le cas échéant, président du conseil général.
Ces conventions précisent notamment les objectifs partagés, les protocoles d’intervention ou les modalités de partage des informations, en particulier les signalements transmis par les chefs d’établissement à l’autorité judiciaire en application des dispositions du code de procédure pénale. Le procureur de la République veillera à réduire les délais de traitement de ces signalements et à rendre les chefs d’établissement systématiquement destinataires des suites procédurales réservées aux saisines dont ils ont fait l’objet.

Ces E.M.S. manifestent une conception purement policière et sécuritaire de l’éducation qui ne peut pas constituer une réponse acceptable à la situation difficile que connaissent certains établissements scolaires.

Communiqué de SUD Education Créteil [4]

Contre les conceptions sécuritaires et policières dans l’éducation : refusons les équipes mobiles de sécurité

Après avoir annoncé la suppression de milliers de postes dans l’Education nationale, Luc Chatel, en présence du ministre de l’Intérieur, a inauguré la mise en place d’équipes mobiles de sécurité (EMS) le lundi 5 octobre au lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois. Ces équipes sont censées exercer aux abords et dans les établissements connaissant des troubles et sur demande des chefs d’établissements (d’après les informations en ligne sur le site de l’Académie de Créteil). A terme, 50 EMS devraient s’installer dans cinq établissements de l’Académie.

Pour SUD éducation Créteil, cette conception purement policière et sécuritaire de l’éducation ne peut pas constituer une réponse acceptable à la situation difficile que connaissent certains établissements scolaires. Les politiques de régression sociale mises en place par le gouvernement, qui visent en premier lieu à réduire les coûts de l’éducation en y imposant une vision purement « économiste », sont largement responsables de ces difficultés. D’une manière générale, nous constatons des conditions de vie de plus en plus difficiles dans les quartiers populaires qui ne manquent pas de se répercuter dans les établissements scolaires ou à proximité. Il y a urgence sociale, mais la sanctuarisation des écoles ne peut pas être une solution, sauf à transformer ces dernières en camps retranchés.

Nous pouvons d’ailleurs avoir les plus vives craintes sur l’utilisation éventuelle de ces brigades pour casser des mouvements politiques de blocages ou occupations d’établissements scolaires et d’écoles, étant donnée la politique de criminalisation des mouvements sociaux mise en place depuis plusieurs années.

En supprimant des milliers de postes dans l’éducation et en redonnant cinq milliards aux banques, ce qui constitue le « casse du siècle », le gouvernement a choisi de passer par perte et profit la question sociale et de servir les intérêts particuliers au détriment du bien public. Sud éducation Créteil s’oppose à la présence de ces équipes mobiles de sécurité qui ressemblent fort à la mise en place de vigiles dans les établissements scolaires. Nous appelons les collègues à s’opposer à la présence de ces équipes qui risquerait d’envenimer les relations entre les élèves et nous, par la grève si nécessaire. En ces temps de crise, seule une politique volontariste en matière d’éducation pourrait redonner un peu d’espoir à des jeunes à qui on a beaucoup promis et qui ne voient rien venir, si ce n’est les (mauvais) coups.

Ne laissons pas s’imposer des représentations sécuritaires et autoritaires de l’éducation dans lesquelles nous aurions tout à perdre, à commencer par la confiance que les élèves ont en nous. Plus que jamais réclamons une autre école pour une autre société… solidaire, égalitaire et démocratique.

Le 12 octobre 2009

Un avis de recrutement d’un agent d’EMS :

LE RECTORAT DE L’ACADEMIE DE CRETEIL RECRUTE
« des Agents d’Equipes Mobiles de Sécurité » [5]

Vous avez le niveau baccalauréat.
Vous êtes âgé d’au moins 18 ans.
Vous débutez une vie professionnelle ou vous êtes jeune retraité dynamique des métiers de la Sécurité et souhaitez mettre votre expérience à disposition de l’institution. Ou encore vous avez ou avez une expérience du milieu scolaire comme assistant d’éducation.
Vous avez une bonne pratique sportive.
Vous avez une solide connaissance des zones urbaines sensibles et des populations.
Vous êtes animé d’une grande capacité d’écoute, de médiation et de dialogue.

Le Rectorat met en place à la rentrée scolaire 2009/2010, un dispositif destiné à :

  • Accompagner les collèges et lycées dans les moments de tension
  • Assurer la sécurité des personnes et des biens
  • Traiter les troubles majeurs en milieu scolaire.

Si vous souhaitez contribuer à la paix scolaire en assurant des missions de sécurisation, de prévention et de communication.

Faites parvenir en deux exemplaires ...



[1] Un dossier du ministère de l’Education nationale : La prévention et la lutte contre la violence.

Un dossier de presse sur la Sécurisation des établissements scolaires, de Brice Hortefeux et Luc Chatel, mercredi 23 septembre : http://media.education.gouv.fr/file....

[2] Extrait de http://www.education.gouv.fr/cid491....

[3] Source : http://www.lagazettedescommunes.com....

[4] Source : http://sudeduccreteil.org/spip.php?....

[5] Avis de recrutement et fiche de poste pour un agent d’Équipe mobile de sécurité académique (3 pages, format P.D.F, 178 Ko) : http://www.ac-creteil.fr/jahia/webd....


[http://ldh-toulon.net/l-Education-nationale-recrute-des.html] sur le site de la LDH de Toulon