un rassemblement de victimes du terrorisme


article de la rubrique histoire et colonies > vous avez dit “terroristes” ?
date de publication : mercredi 14 septembre 2011


Selon ses organisateurs, 650 personnes dont 400 « victimes d’actes terroristes originaires de plus de 35 pays » seront accueillies à Paris pour témoigner « en toute neutralité politique et religieuse », et participer au VIIe Congrès international des victimes du terrorisme qui se tiendra à l’École militaire de Paris, du 15 au 17 septembre 2011. Un congrès patronné par le Président de la République et dont les cérémonies officielles se dérouleront en présence de chefs d’État et de gouvernement, de plusieurs ministres et de personnalités royales.

Un congrès dont le thème et la présence de certains intervenants suscitent des interrogations sur la finalité. L’édition du 14 septembre du quotidien algérien El Watan y consacre un dossier repris ci-dessous, comportant notamment un entretien avec le directeur général de l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT), Guillaume Denoix de Saint-Marc, co-organisateur du congrès de Paris.


Rassemblement international de victimes du terrorisme à Paris
Un congrès et des interrogations

par Nadjia Bouzeghrane, El Watan, le 14 septembre 2011

[...] « Les objectifs de cet événement majeur des victimes du terrorisme du monde entier sont de les aider à exprimer leurs opinions et à avoir la reconnaissance qu’elles méritent, à la fois de la part de la société civile et des autorités politiques », soulignent les organisateurs, soit l’Association française des victimes du terrorisme, membre du Réseau européen des victimes du terrorisme (NAVT), en partenariat avec L’Observatorio internacional victimas del terrorismo (CEU).
« Ce congrès est-il neutre, d’abord dans la définition qu’il retient du terrorisme et dans le choix des victimes qui seront présentes ? », se sont interrogées des organisations françaises et algériennes de victimes et des médias comme le Monde diplomatique (édition de septembre) et le directeur sur son blog (courant juillet) ?

Mme Saïda Benhabylès, secrétaire générale du Mouvement féminin de la solidarité avec la femme rurale et présidente du réseau algérien des associations victimes du terrorisme, a décidé de décliner l’invitation des organisateurs parce que « la définition du terrorisme retenue par les organisateurs de ce rendez-vous, fait l’amalgame entre terrorisme et combat des peuples pour leur indépendance », a-t-elle fait savoir en juillet dans un communiqué en prenant connaissance du programme du congrès et du texte l’accompagnant.

« Alors que l’événement se veut de dimension internationale, nos amis européens ont présenté le thème de la conférence sous la définition européenne du terrorisme. Nous militons depuis des années pour une définition internationale du terrorisme qui doit être reconnue par les pays membres de l’Organisation des Nations unies et qui ne doit pas faire l’amalgame entre les droits des peuples à leur autodétermination et leur liberté et les actes de terrorisme n’ayant aucune valeur humaine à défendre », a souligné Mme Benhabylès.

Pour Mme Benhabylès, Nicole Guiraud (victime de l’attentat FLN du Milk Bar), qui participe au congrès de Paris, est une victime civile de la guerre de Libération et non du terrorisme. Notre journal, le site des pieds-noirs partisans de l’Algérie française confirme : « Notre compatriote Nicole Guiraud représentera les victimes pieds-noirs du terrorisme FLN durant la guerre d’Algérie. »

« Parti pris »

Sur son blog (à la date du 16 juillet), Alain Gresh, directeur de la rédaction du Monde diplomatique, qualifie le congrès de Paris d’« imposture ». « La liste des attentats s’étale sur plus de cinquante ans et commence avec l’attentat contre le Milk Bar à Alger en 1956. On y trouve ceux des Brigades rouges en Italie (mais pas ceux commis à la même époque par les groupes d’extrême droite, notamment celui de la piazza Fontana, attribué à l’extrême gauche et dont on sait qu’il fut commis par l’extrême droite et marqua le début des années de plomb) ; celui contre l’avion de Habyarimana en 1994 (mais pas un mot sur le génocide du Rwanda qui a suivi), deux attentats en Israël durant la seconde Intifada, mais rien sur les milliers de Palestiniens tués par des tirs et des bombardements israéliens... Et tout est à l’avenant », écrit-il. Et de s’interroger : « Pourquoi les organisateurs n’ont-ils pas invité les familles des victimes de l’attentat de la rue de Thèbes ? », qui « marque un tournant dans la guerre d’Algérie » (l’attentat de la rue de Thèbes, dans la Casbah d’Alger, dans la nuit du 10 août 1956, qui a fait officiellement 16 morts et 57 blessés algériens).

Et de souligner : « C’est que le parti pris est clair : les coupables ce ne sont jamais les Etats (ni les colons), ce sont toujours les peuples qui luttent contre l’oppression. Qui se soucie des centaines de milliers de victimes de l’agent orange, ce défoliant utilisé par les Etats-Unis au Vietnam et qui continue jusqu’à aujourd’hui à faire naître des enfants sans bras, sans jambes ? Qui se soucie des victimes du terrorisme d’Etat français en Algérie ou Israélien en Palestine ? Qui se soucie des morts tchétchènes tombés sous les balles russes ? »

La même question a été posée par la LDH de Toulon, sur son site, mardi 26 juillet : « Pourquoi les organisateurs du Congrès n’ont-ils pas prévu de donner également la parole aux familles des victimes de l’attentat de la rue de Thèbes ? Les familles de victimes des ‘‘ultras’’ de l’Algérie française ont-elles été invitées ? »

Nous avons appris que Jean-François Gavoury, le fils du commissaire Gavoury assassiné par l’OAS sera présent au congrès à titre personnel en tant qu’observateur.

Guillaume Denoix de Saint-Marc. DG de l’AFVT
« Ce qui nous intéresse c’est la victime, jamais la cause »

Le directeur général de l’Association française des victimes du terrorisme (AFVT), Guillaume Denoix de Saint-Marc, co-organisateur du congrès de Paris, s’explique.

propos recueillis par Nadjia Bouzeghrane, El Watan, le 14 septembre 2011

  • N’y a-t-il pas un problème de définition du terrorisme ? Mme Benhabylès a annoncé qu’elle ne participera pas au congrès parce qu’il fait un amalgame entre terrorisme et combat des peuples pour leur indépendance ?

Je signale que des victimes algériennes vivant en Algérie seront présentes ainsi que des victimes algériennes vivant en France. Il y a un problème de définition du terrorisme lui-même, c’est clair, mais on en fait abstraction parce qu’on se focalise non pas sur le terrorisme lui-même, mais sur les actes terroristes. Le sens commun arrive plus ou moins à définir le terrorisme. Ce qui nous intéresse c’est la victime, jamais la cause.

  • Un mouvement de libération nationale, un mouvement qui résiste à l’occupation serait-il un mouvement terroriste ?

Non, par contre il peut commettre des actes terroristes répréhensibles. Poser une bombe au Milk Bar c’est comme poser une bombe dans un métro. Là-dessus, j’ai un point de divergence fort avec Mme Benhabylès, ce n’est pas notre rôle de dire qui est une organisation terroriste qui ne l’est pas, par contre, les actes terroristes sont inacceptables. Tant que le FLN, dont la cause était noble, n’aura pas admis qu’il y a des actions qu’il n’aurait pas dû faire, cela donne tous les arguments à El Qaîda pour faire la même chose.

  • Il y a un contexte…

On ne s’intéresse pas à ce qui s’est passé, mais à ce qu’est devenue la victime après, on ne parle pas de l’origine de l’attentat. Les victimes ne peuvent être isolées du contexte qui a fait d’elles des victimes ? Entre elles, le contexte disparaît complètement. C’est ce qu’on va montrer lors des débats.

  • Quelle est votre définition du terrorisme ?

C’est celle du droit français, entre autres, et celle qui est définie par l’Europe, et la Fédération internationale des associations de victimes du terrorisme, qui sera constituée à l’issue du congrès va la prendre comme base de définition.

  • Des victimes n’ont-elles pas été oubliées ? Qui ne pourront pas s’exprimer parce qu’elles ne seront pas présentes ? Comme les victimes du terrorisme israélien ?

Il n’y a pas de sélection entre bonnes et mauvaises victimes. On a essayé d’être le plus large possible en fonction des victimes qui se sont manifestées auprès de nous. Le congrès est axé sur la victime par rapport à la société. Toutes les victimes pourront dire ce qu’elles veulent.

  • Des victimes palestiniennes d’attentats en Israël vont venir. Mais pas les victimes des territoires occupés ?

Pour l’instant, aucune ne m’a contacté, il n’y a pas eu de contact réciproque. On a fait ce qu’on a pu avec nos faibles moyens pour faire connaître ce congrès. L’objet n’est pas de parler du conflit israélo-palestinien. Les actions de l’armée israélienne contre la Palestine sont horribles, mais ce sont des actes de guerre qui sont précisément définis contrairement au terrorisme. On veut arriver au moins à un consensus minimum et dire que des victimes d’actes terroristes sont dans une douleur particulière, sont très souvent peu considérées, utilisées politiquement, sont dans un système qui est pervers dans lequel la cible ne fait pas attention à la victime et du coup, la victime finit par développer une agressivité envers la cible.

Tout cela fragilise les sociétés, crée un terreau négatif et que l’on veut simplement montrer. Il faut aller étape par étape. Jusqu’ici dans ce type de congrès il n’y avait pas de victimes musulmanes, par exemple, ce que j’ai trouvé inqualifiable. J’ai fait un énorme effort pour trouver des victimes musulmanes parce que 80% des victimes du terrorisme islamiste sont musulmanes. Le problème c’est que ces victimes sont souvent isolées, ne sont pas soutenues et après il faut trouver des financements pour les faire venir. C’est la première fois qu’il y a autant de pays représentés. On a répondu à toutes les sollicitations des victimes qui nous ont contactés.

  • Il a été reproché aux organisateurs du congrès d’avoir voulu donner la parole à une victime de l’attentat du Milk Bar et d’oublier les victimes de l’OAS ?

Il y a une confusion totale, dans ce congrès on a voulu donner la parole à des victimes qui ne l’ont pas eue jusqu’ici. Nicole Guiraud (victime de l’attentat du Milk Bar) a pris la parole il y a deux ans dans un congrès qu’on a organisé. Elle fait partie des gens qui sont inscrits au congrès, l’inscription est libre. Au même niveau, il y a une victime de l’OAS, M. Gavoury avec la même possibilité de parole. Nicole Guiraud est adhérente à l’association, c’est la victime la plus ancienne dans l’association. M. Gavoury s’est inscrit au congrès et accepte de parler aux journalistes qui le solliciteront. Ce sont deux victimes de deux actions de terrorismes complètement opposés à l’époque.

  • Votre objectif avec ce congrès…

Rendre visibles des victimes dans leur diversité, essayer de rendre compte de l’universalité et des différences d’opinion, de culture, de religion, mais au-delà montrer qu’il y a un socle commun. C’est un moyen d’apaiser les conflits à travers les victimes. De comprendre l’autre. Pour moi c’est une ouverture vers la tolérance. Quant aux victimes palestiniennes d’Israël que vous évoquiez, il n’y a pas un consensus pour les qualifier de victimes du terrorisme. J’espère qu’à terme toutes ces victimes palestiniennes auront la même considération. J’ai choisi de mettre ce problème de côté pour l’instant et m’attaquer là où il y a le plus large consensus.

  • C’est-à-dire ?

C’est-à-dire de victimes de bombes tombées dans un restaurant, pas d’une action d’une armée sur une population. Dans les débats du congrès je veux qu’on travaille sur ce qui nous rassemble. C’est faire de la diplomatie par les victimes. Puisque nous arrivons à nous comprendre, puisque nous nous sentons une affinité malgré nos divergences, soyons un pouvoir pour lutter, d’une part, contre la radicalisation, d’autre part pour construire le vivre ensemble.

P.-S.

Jean-François Gavoury : « Je serai observateur »

Jean-François Gavoury, président de l’association pour la protection de la mémoire des victimes de l’OAS (Anpromevo), contacté par téléphone, nous affirme qu’il a souhaité participer à ce congrès « à titre individuel pour éviter certaines équivoques » et qu’il s’y rend en tant qu’« observateur ». « Mme Guiraud déclare sur un site [1] avoir tout fait pour empêcher la présence de victimes directes de l’OAS ou indirectes », nous a indiqué le fils du commissaire Gavoury, assassiné par l’OAS.

Nadjia Bouzeghrane

Notes

[1] [Note d’El Watan] Il s’agit du site Notre journal, dédié aux pieds-noirs partisans de l’Algérie française ; le texte a été retiré du site.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP