Histoire coloniale et postcoloniale

Accueil > racisme, antisémitisme, xénophobie > les étrangers > chiffres et quotas d’expulsions > “une logique terrifiante”, par Jean-Pierre Dubois

“une logique terrifiante”, par Jean-Pierre Dubois

vendredi 7 octobre 2005

Jean-Pierre Dubois, président de la LDH, réagit aux projets du ministère de l’Intérieur en matière de politique d’immigration, tels qu’ils sont annoncés dans une note de Claude Guéant, directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy.
 [1]

Sur la question des quotas, qui concerne principalement l’immigration du travail, le document envisage un renforcement de la capacité du gouvernement à "fixer des objectifs quantitatifs d’immigration".

Sur l’immigration familiale, le ministre demande à ses services une meilleure maîtrise des flux en agissant sur "tous les leviers" - le regroupement familial, la transcription des mariages célébrés à l’étranger, l’incidence du mariage sur le droit au séjour et à l’accès à la nationalité, notamment.

  • Le document interne du ministère de l’Intérieur, publié par Libération, propose la mise en place de quotas d’immigration en fonction des besoins du marché du travail. Que pensez-vous de cette mesure ?

Nous sommes absolument hostiles à cette idée des quotas et ce pour plusieurs raisons.

D’une part, l’expérience à l’étranger, en Italie par exemple, prouve que cette politique ne marche pas. D’autre part, nous condamnons fermement ce principe qui revient à pomper les ressources des pays du Sud, en l’occurrence leurs meilleurs cerveaux, au profit des pays du Nord. Cette pratique est véritablement scandaleuse et me semble dictée par le Medef. Cela revient à privatiser la politique des flux migratoires au profit des entreprises.

Les gens sont considérés comme des marchandises, les politiques veulent gérer des stocks et des flux sans se préoccuper le moins du monde ce ces personnes.
Pour nous, la politique d’immigration doit au contraire s’appuyer sur les droits des personnes. Les étrangers doivent être traités de manière convenable.
La politique des quotas vise à privilégier non pas les individus mais les profits. Cette logique me paraît terrifiante. Les syndicats, qui ont été cités dans ce projet pour aider à définir les besoins par branche professionnelle, n’accepteront jamais de collaborer à cette politique.

  • Nicolas Sarkozy affirme vouloir lutter contre les "détournements de procédure" par les immigrants, que ce soit sur le plan de l’immigration familiale, qu’il veut restreindre, ou sur la question des étrangers malades, dont il veut limiter les droits. Ces mesures ne reviennent-elles pas à considérer les étrangers comme des "profiteurs" du système ?

Tout à fait. C’est ce que dit Jean-Marie Le Pen depuis 20 ans ! Le gouvernement actuel reprend la thématique du FN concernant l’immigration. Systématiquement aujourd’hui, les pouvoirs publics considèrent les étrangers comme des fraudeurs, des suspects, des profiteurs. Parce qu’il y a des fraudes, alors on décide de supprimer les droits des étrangers. A ce compte là, il faudrait aussi fermer le RER ! La situation est absolument dramatique car le gouvernement est en train d’encourager le racisme et la xénophobie. Il faut lutter contre les fraudes existantes. Mais supprimer pour autant tous les droits des immigrants revient à de la discrimination pure et simple.
La France est un Etat de droit qui a ratifié plusieurs textes relatifs aux droits des migrants. Aujourd’hui, en violant ces engagements, notre pays est en train de se déshonorer.

Depuis 25 ans, les gouvernements appliquent la même politique fantasmagorique : nous ne pouvons pas accueillir tout le monde, donc nous fermons les frontières. Il faut pourtant arrêter de dramatiser le problème de l’immigration en France : ce n’est pas, et de loin, le pays où les flux migratoires sont les plus importants. Il ne s’agit en aucun cas d’une "invasion", comme l’avait dit Valéry Giscard d’Estaing. En revanche, les gesticulations politiques autour de cette question sont totalement inefficaces, absurdes, irréalistes. Elles n’aboutissent qu’à des drames humains.

Je pense qu’on ne pourra pas tenir indéfiniment le discours actuel qui soutient qu’on peut tout faire circuler sauf les êtres humains. Pourquoi le libéralisme et la mondialisation ne doivent pas concerner également la libre circulation des personnes ? Il faut se préparer à un monde où les personnes circulent et ne pas considérer ce phénomène comme un obstacle. Au contraire, c’est une richesse.

A la LDH, nous avons prévu d’organiser, avec d’autres associations, des assises qui auront pour thème "Pour une autre politique de l’immigration". Elles devraient se tenir en janvier prochain. Ce sera l’occasion d’interpeller les hommes politiques dans la perspective de la présidentielle de 2007 pour leur demander ce qu’ils veulent faire en matière d’immigration et pourquoi. En effet, les politiques menées jusqu’à aujourd’hui n’ont jamais fonctionné. Et il n’y a jamais eu de vrai débat public sur ce sujet.

La politique d’immigration actuelle renforce les idées du FN. Pourtant, si on veut éviter une immigration massive vers l’Europe, il y a une solution et tout le monde la connaît : il faut travailler au développement des pays du Sud. Le co-développement et le respect des droits fondamentaux sont les véritables questions sur lesquelles il faut avancer.

  • La publication de cette note du ministère de l’Intérieur intervient alors que les "assauts" d’immigrants se sont intensifiés depuis 8 jours dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Peut-on y voir une stratégie du gouvernement visant à rassurer l’opinion publique française face aux vagues d’immigration clandestine ?

C’est une nouvelle exploitation démagogique de drames humains par Nicolas Sarkozy. Il est d’ailleurs frappant que ce soit son directeur de cabinet, Claude Guéant, qui ait organisé la médiatisation de ce document. Ce n’est pas Matignon qui parle, c’est un candidat à la présidentielle qui communique...

En France, les gens sont plutôt horrifiés par ce qui se passe dans ces enclaves espagnoles. Leur première réaction, c’est de se demander comment des choses pareilles peuvent avoir lieu à nos frontières.

Mais effectivement, la position de Nicolas Sarkozy est de présenter ces événements comme un danger. La médiatisation est plus forte aujourd’hui car les images sont plus spectaculaires. Mais des gens meurent tous les jours en essayant d’atteindre les côtes européennes... On se rend enfin compte de ce qu’est l’"Europe forteresse".
En réalité dans ce document, Claude Guéant fait la liste de ce que Sarkozy a dit depuis trois mois sur le thème de l’immigration. Ce n’est qu’une nouvelle étape dans sa campagne anti-immigration pour la présidentielle. Dans les faits, est-ce l’annonce d’une politique gouvernementale ou un coup médiatique pré-présidentiel ? C’est la question qu’on peut légitimement se poser...


[1Les propos de Jean-Pierre Dubois ont été recueillis par Chiara Penzo, le jeudi 6 octobre 2005,
et publiés sur le site internet du Nouvel Observateur.